W3C

Le W3C publie le premier document de travail sur le Langage de Description des Services Web (WSDL) version 1.2

Le W3C fournit un vocabulaire ouvert pour des Services Web avec une meilleure interopérabilité XML

(communiqué disponible en anglais et en japonais)


http://www.w3.org/ -- 9 juillet 2002 -- Le Consortium World Wide Web (W3C) vient de publier le Langage de Description des Services Web (WSDL 1.2 pour Web Services Description Language version 1.2) et les Associations WSDL 1.2 (WSDL 1.2 Bindings) en documents de travail W3C publics. WSDL 1.2 est un langage fondé sur XML, décrivant les Services Web, c'est-à-dire les données échangées, le protocole à utiliser et sa localisation sur le Web. Les Associations WSDL 1.2 décrivent comment utiliser WSDL 1.2 avec SOAP 1.2, HTTP et MIME. Le W3C invite la communauté de développeurs Web à étudier et commenter ces premiers documents sur WSDL 1.2, ainsi que les prochaines versions.

L'activité Services Web du W3C porte sur leur architecture et ses composantes, dont WSDL 1.2

Tenant compte des besoins des utilisateurs ainsi que ceux des distributeurs, le W3C développe l'architecture des Services Web, ainsi que des composantes ouvertes et standardisées pour les Services Web, comme cela a été fait avec HTML, la famille des technologies XML, le graphisme vectoriel avec SVG et les technologies de la Voix sur le Web.

"'Web Services' commence par Web", remarque Hugo Haas, responsable de l'activité Services Web du W3C. "Le succès du W3C tient dans son engagement à traiter les principes architecturaux d'extensibilité, d'ouverture et d'interopérabilité du Web".

L'activité Services Web du W3C est actuellement composée de trois groupes de travail travaillant sous mode libre : le groupe de travail Architecture des Services Web (Web Services Architecture Working Group) est chargé de développer un modèle ouvert, interopérable et extensible pour les Services Web ; le groupe de travail XML Protocol (XML Protocol Working Group) qui développe SOAP 1.2, s'intéresse aux composantes primordiales de cette architecture, avec un protocole fondé sur XML pour permettre à des données d'être échangées et traitées par des applications ; et le groupe de travail de Description des Services Web (Web Services Description Working Group) fournit les technologies décrivant les Services Web eux-mêmes. Chacun de ces groupes de travail a été constitué de telle manière que leur travaux techniques, leur listes de discussion, leurs comptes-rendus de réunions et leurs brouillons de travail soient publics.

WSDL 1.2 apporte une meilleure interopérabilité et une meilleure définition des composants de l'architecture des Services Web

Nombreux sont ceux parmi les développeurs et les responsables techniques qui ont connu WSDL en tant que spécification créée par des sociétés individuelles. Nombreux aussi ont été ceux qui ont poussé le W3C à poursuivre le développement d'un langage de Description des Services Web basé sur WSDL 1.1, après que ce document a été publié comme note d'information du W3C. Ce développement doit ainsi se faire en s'appuyant sur les recommandations existantes du W3C et en se coordonnant avec les autres activités techniques du W3C, comme cela est décrit dans le processus d'élaboration des spécifications du W3C. D'autres ont exprimé leur intérêt de voir les composants des Services Web développées en mode libre.

Le groupe de travail Description des Services Web a été formé pour développer un langage stable et ouvert, en partie fondé sur les Objectifs de Travail (Requirements) et Scénarii d'Usage (Usage Scenarios). La publication d'aujourd'hui inclut une meilleure définition des composants, grâce à une participation ouverte lors de la mise en place des objectifs de travail et de l'appel à commentaires de WSDL 1.1, sans oublier la volonté du groupe de travail de développer une spécification libre de droits.

WSDL 1.2 apporte des améliorations par rapport à WSDL 1.1 sous différents aspects :

De plus, WSDL 1.2 apporte une meilleure définition de l'association avec HTTP 1.1 et fournira bientôt une association pour SOAP 1.2, ce qui permettra une Description des Services Web utilisant la version la plus récente de SOAP.

Prochains travaux sur la mise en correspondance avec les fondements du Web Sémantique, et sur la coordination avec les organisations extérieures

Le groupe de travail Description des Services Web du W3C, qui est l'un des trente groupes de travail en activité au W3C, doit s'assurer que les résultats obtenus dans l'édition de la spécification sont interopérables avec les travaux existants du W3C, notamment ceux relatifs aux activités XML et Web Sémantique du W3C.

En effet, pour l'activité XML, le groupe de travail suit de près l'évolution des spécifications de la famille XML. Pour l'activité Web Sémantique, la charte du groupe de travail prévoit une coopération avec le groupe d'intérêt RDF (RDF pour Resource Description Framework) pour produire la mise en correspondance de WSDL 1.2 avec RDF. Fondement du Web Sémantique, le langage RDF permet d'assurer l'interopérabilité entre applications qui échangent des informations comprises par les ordinateurs.

Tout comme les autres groupes de travail de l'activité Services Web du W3C, le groupe de travail 'Description des Services Web' se doit d'établir des coordinations avec les organisations extérieures, telles que le Global Grid Forum (GGF) et l'Object Management Group (OMG).

Plus d'une trentaine de membres W3C et d'invités expert ont participé à la création de WSDL 1.2

Pour s'assurer que le langage de Description des Services Web satisfait les besoins de nombreux utilisateurs, le W3C se repose sur la diversité de ses membres, et sur une large communauté de développeurs Web. Ensemble, ils ont contribué à produire les documents de travail cités, ainsi qu'une variété de tests d'usage et d'exemples pratiques de problèmes que les utilisateurs finaux voudraient pouvoir résoudre.

Les participants sont : AT&T; Canon; Cisco Systems; Citigroup; Computer Associates; Cyclone Commerce; DaimlerChrysler Research and Technology; L'Échangeur; Electronic Data Systems; Global Grid Forum; W.W. Grainger; Hewlett-Packard Company; Intel Corporation; IONA Technologies; IBM; Lexmark; Macromedia; Université de Maryland; Microsoft Corporation; Nokia; Oracle Corporation; Rogue Wave Software; SAP; Software AG; Sun Microsystems; Systinet; TIBCO Software; Verisign; webMethods, Inc.; Xerox, ainsi que les nombreux abonnés de la liste de diffusion publique 'Description des Services Web du W3C'.

De nouveaux développements sont attendus sur les documents Objectifs de Travail et Scénarii d'Usage.

A propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour mener le Web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et assurent son interopérabilité. C'est un consortium industriel international, piloté conjointement par l'Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) en France, l'Université de Keio au Japon, et le MIT Laboratory for Computer Science (MIT LCS) aux États-Unis. Les services fournis par le Consortium se composent de : la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en oeuvre de logiciels permettant d'incorporer et de promouvoir les standards ; la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. Aujourd'hui, le Consortium compte près de 500 membres. Pour plus d'informations sur le Consortium World Wide Web, consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/.

Contacts Presse:
Amériques, Australie -- Janet Daly, <janet@w3.org>, +1.617.253.5884 ou +1.617.253.2613
Europe -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94
Asie -- Saeko Takeuchi <saeko@w3.org>, +81.466.49.1170