W3C

Le W3C publie les recommandations XML Base et XLink

Le langage XML Linking et XML Base augmentent la puissance de mise en oeuvre des hyperliens en XML

http://www.w3.org/ -- 27 juin 2001 -- Le Consortium World Wide Web (W3C) annonce la publication de deux recommandations : XML Base et XLink, aussi appelé langage XML Linking. XLink autorise l'insertion d'éléments dans des documents XML de manière à créer et à décrire des liens entre des ressources, qu'elles soient internes ou externes à un document original. XML Base permet de spécifier une adresse URI (Uniform Resource Identifier) de base pour la mise en place de liens dans des documents XML.

Le statut de recommandation du W3C indique que la spécification est stable, et qu'elle contribue à l'interopérabilité du web. Le W3C préconise son adoption par tous les acteurs de l'industrie, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

XLink apporte une grande flexibilité pour décrire les liens dans des documents XML

Les développeurs d'applications XML sont impatients de pouvoir combiner les hyperliens d'HTML 4 avec toute une gamme de nouvelles potentialités propres aux documents XML, tels que des liens pouvant pointer sur de multiples ressources, des ensembles de liens séparés des ressources auxquelles ils pointent, et une déclaration d'attribut de base de lien qui n'interfère pas avec les décisions des utilisateurs sur le choix d'un vocabulaire XML.

XLink ne supporte pas seulement les liens traditionnels, simples et maintenant bien connus du langage HTML, mais aussi les liens étendus. Les liens étendus peuvent être utilisés pour relier deux ou plusieurs ressources avec un seul lien, lui-même pouvant ne pas être inclus dans l'une d'entre elles. Ils permettent également d'associer des métadonnées, ou d'autres informations supplémentaires relatives aux ressources, sans les éditer. XLink autorise enfin une plus grande richesse de description sur les types de liens et sur les rôles de chaque ressource reliée par un XLink.

XML Base est une approche démontrée pour représenter une URI de base en XML

Une des conditions de XLink était de garantir les fonctionnalités de hyperliens sous HTML de manière plus générale. L'élément "base" d'HTML autorise les auteurs de documents à spécifier l'URI de base d'un document, rendant ainsi possible l'utilisation d'un adressage relatif pour pointer sur des images externes, des applets, des feuilles de style et autres ressources, sans pour autant compromettre la portabilité des documents. XML Base apporte cette même fonctionnalité aux applications XML, y compris XLink. XML Base, écrit comme un module, peut ainsi être réutilisé ou référencé par d'autres applications.

XLink et XML Base ajoutent puissance et richesse à la famille XML

Ensemble, XLink et XML Base apportent les fonctions nécessaires pour la mise en place d'applications XML riches et robustes. Les travaux en cours du W3C sur le langage vectoriel graphique SVG (Scalable Vector Graphics) s'appuient sur XLink pour pouvoir référencer et afficher d'autres langages XML, tels que XHTML ou encore MathML.

Le W3C continue ses travaux dans le développement de spécifications centrales pour la mise en place d'une architecture Web stable et extensible. D'autres groupes de travail du W3C travaillent sur des technologies XML portant sur le graphisme, le multimédia, la transformation de documents, et d'autres fonctions et formats essentiels. Les spécifications XLink et XML Base mettent en valeur ces applications XML, et préparent les futurs axes de travail du W3C.

Le groupe de travail XML Linking rapproche développeurs et responsables industriels

Le groupe de travail XML Linking, qui a produit ces deux recommandations, est composé d'experts invités du monde universitaire, et de responsables de sociétés du domaine des technologies de l'information : AOL/Netscape Communications; Arbortext; eBusiness Technologies; Fujitsu; Jamcracker; Metacode; Microsoft Corporation; Sun Microsystems; et Yomu Corporation.

A propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour mener le Web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et assurent son interopérabilité. C'est un consortium industriel international, piloté conjointement par l'Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) en France, l'Université de Keio au Japon, et le MIT Laboratory for Computer Science (MIT LCS) aux Etats-Unis. Les services fournis par le Consortium se composent de : la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en oeuvre de logiciels permettant d'incorporer et de promouvoir les standards ; la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. Aujourd'hui, le Consortium compte plus de 510 membres. Pour plus d'informations sur le Consortium World Wide Web, consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/.

Contacts Presse :
Amériques -- Janet Daly, <janet@w3.org>, +1.617.253.5884 ou +1.617.253.2613
Asie -- Saeko Takeuchi <saeko@w3.org>, +81.466.49.1170
Europe -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94