W3C

La plate-forme Web ouverte suscite un intérêt croissant auprès de l'industrie

Trente-neuf organisations ont rejoint le W3C en douze mois



http://www.w3.org/ — Le 10 mai 2011 — Le W3C et ses partenaires créent une plate-forme Web ouverte innovante pour le développement d'applications. Cette plate-forme a attiré l'attention de nombreux secteurs d'activité qui y voient les opportunités commerciales qu'offrent sa richesse, son universalité et son interopérabilité sur de nombreux terminaux. Lors de sa réunion semestrielle qui se tiendra ce mois à Bilbao, en Espagne, le W3C abordera la façon dont la plate-forme transforme ces secteurs et se penchera sur les implications qu'elle aura pour la technologie Web et le W3C.

« Dans un nombre croissant de secteurs, dont le monde mobile, la télévision, l'édition et la publicité, la plate-forme Web ouverte du W3C apparaît comme le support privilégié pour la livraison de services et le développement d'applications enrichies », déclare le docteur Jeff Jaffe, chef de la direction du W3C. « Avec ces nouveaux standards Web naîtront des produits et services plus performants et novateurs reposant sur le Web, qui s'accompagneront d'opportunités économiques pour les entreprises tout comme pour les consommateurs. »

Le W3C élargit actuellement le périmètre de ses activités afin d'aider d'autres groupes sectoriels à tirer pleinement parti des avantages de la plate-forme. Si bien que trente-neuf organisations issues de seize pays ont rejoint le W3C ces douze derniers mois, parmi lesquelles les chefs de file des médias, de la télévision, des divertissements, des jeux, des télécommunications, des fabricants de terminaux et des médias sociaux : China Unicom, Comcast, Facebook, LG Electronics, NEC Corporation, Netflix, SanDisk, Sony, et Zynga. Des témoignages d'adhérents récents ont levé le voile sur les raisons qui les ont incités à rejoindre le W3C. Ont notamment été évoqués les protocoles HTML5, CSS, SVG ainsi que d'autres travaux existants, mais également les nouvelles activités développées autour des communications en temps réel, de la géolocalisation, du Web et la TV, de la performance Web et de l'audio sur le Web.

« Ces palpitants développements favorisent la diversité de la communauté du W3C », poursuit Jeff Jaffe. « Nous sommes ravis d'accueillir de nouveaux adhérents dont l'expertise sera précieuse pour résoudre la prochaine génération de défis techniques sur le Web. »

La participation croissante au W3C se traduit d'autres manières également, notamment par le nombre et la diversité grandissants des réunions organisées sur un éventail étendu de sujets. Parmi les sujets récents et à venir, on peut citer le Web et la TV, l'audimétrie Web et le droit à la vie privée des utilisateurs, l'identité Web dans le navigateur (les 24 et 25 mai), le Web social fédéré (du 3 au 5 juin), et les technologies Web et mobiles dans le développement économique et social (les 4 et 5 juin).

« Lors de la réunion des membres du W3C qui se tient ce mois à Bilbao en Espagne, nous envisageons avec plaisir la perspective des discussions et débats animés sur le futur du Web », confie Tim Berners-Lee, directeur du W3C. « Nous apprécions le dévouement et l'engagement de tous nos adhérents et de notre personnel qui s'attachent à résoudre les enjeux sectoriels, techniques et sociaux auxquels se confronte le Web aujourd'hui. Nous sommes aussi portés par la dynamique et l'enthousiasme motivés par HTML5 et les autres composantes de la plate-forme Web ouverte. »

À propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) est un consortium international dont les organisations membres, une équipe à plein temps et le public collaborent au développement de standards Web. Le W3C poursuit sa mission essentiellement par la création de standards Web et de directives visant à assurer au Web une croissance à long terme. Plus de 325 organisations adhèrent au consortium. Le W3C est piloté conjointement par le Laboratoire d'Informatique et d'Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux États-Unis, le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France et l'Université de Keio au Japon, et possède plusieurs bureaux dans le monde. Pour plus d'informations, merci de consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/

Contacts Presse W3C

Amériques, Australie
Ian Jacobs, <ij@w3.org>, +1.718.260.9447
Europe, Afrique et Moyen-Orient
Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33 6 76 86 33 41