W3C Pour diffusion immédiate

Le World Wide Web Consortium (W3C) lance une Initiative dédiée à l'Internationalisation

Le W3C mène un programme pour accélérer les progrès dans la réalisation de l'aspect « mondial » du World Wide Web



https://www.w3.org/ — 9 juillet 2018 — Le World Wide Web Consortium (W3C) a announcé aujourd'hui le lancement d'une Initiative dédiée à l'internationalisation du Web.

L'internationalisation ("i18n") est la conception et le développement d'applications ou spécifications qui fonctionnent ou peuvent être facilement adaptées pour des utilisateurs de toute culture, région ou langue. Le Web pour tous a longtemps été un domaine d'engagement fort du W3C. Depuis sa création au début de 1998, l'activité i18n travaille à rendre le Web universel, produisant une vaste gamme de travaux achevés et en cours pour rendre le World Wide Web véritablement mondial. Cependant que le Web continue de croître et qu'il accueille chaque jour un plus de notre monde, nous voulons et devons faire plus.

« L'aspect clé du Web est qu'il est universel. L'une des mesures les plus importantes prise au départ –pour que le Web s'addresse à tous– fut l'internationalsation. Des personnes de cultures et langues différentes contribuent à s'assurer que toutes sortes de langages, qu'ils soient ou non lus de gauche à droite, puissent être partagés et utilisés sur le Web. Ceci me rend très fier. Inclusif de toutes les cultures, le Web est plus riche. » a déclaré Tim Berners-Lee, inventeur du Web et Directeur du W3C.

Des progrès considérables dans l'internationalisation du Web à ce jour, mais tant encore à faire

L'internationalisation permet l'utilisation des technologies Web avec différents langages, écritures et cultures. L'activité d'internationalisation du W3C collabore avec les groupes de travail du W3C et assure la liaison avec d'autres organisations pour internationaliser le Web.

La communauté Web a fait d'énormes progrès dans l'internationalisation du Web au cours des dernières décennies, en faisant d'Unicode la base du Web, permettant l'affichage de systèmes d'écriture bidirectionnels tes que l'arabe et l'hébreu, en répondant aux besoins de style pour le texte vertical et autres caractéristiques typographiques natives, etc. Mais à mesure que la pénétration du Web dans des communautés de langues augmente, que les scénarios d'utilisation se développent et que de nouvelles applications émergeant, telles que la publication numérique, il reste encore beaucoup à faire.

Ethnologue recense 7,100 langages actuellement utilisés, mais W3Techs indique que moins de deux cents langues sont utilisées sur le Web, et que plus de la moitié de tous les sites Web utilisent l'anglais. Environ un quart seulement des internautes actuels utilisent l'anglais en ligne. Pour être à la hauteur de la partie « mondiale » de son nom, le Web doit répondre aux besoins des utilisateurs du monde entier et leur permettre d'y intéragir dans leurs propres langues.

« Soutenir l'Initiative Internationalisation du W3C par des fonds de parrainage ou les contributions d'experts est un moyen essentiel pour que notre communauté Web puisse créer l'avenir du Web. » a déclaré Jeff Jaffe, PDG du W3C.

Le W3C prend des mesures pour étendre le travail de base en internationalisation

L'Initiative Internationalisation a pour vocation d'inciter la participation d'experts et de sécuriser des fonds supplémentaires afin de stimuler considérablement les trois principaux aspects du continuum de l'internationalisation :

Les activités typiques couvrent :

Partenaires fondateurs et participants s'associent pour relier toutes les communautés

Les membres W3C partenaires fondateurs de l'initiative Internationalisation sont Alibaba, Apple, Advanced Publishing Lab (Keio University), Monotype, et The Paciello Group. Ils bénéficient d'avantages uniques, notamment un siège au Conseil d'examen et celui de pouvoir parrainer des objectifs ou des projets spécifiques.

Au-delà des financements de partenaires, le W3C solicite des intervenants essentiels qu'ils mobilisent du personnel expert pour contribuer aux projets décrits ci-dessus. Il est important que les gens du monde entier contribuent à la construction d'un Web international au nom de leurs propres communautés. En outre, les développeurs de technologies Web doivent s'assurer que les ressources soient disponibles afin que les régions en développement ne deviennent pas des citoyens de seconde classe sur le Web.

À propos de l'Internationalisation au W3C

La mission Internationalisation (I18n) au W3C est de permettre l'accès universel au World Wide Web en proposant et en coordonnant l'adoption au W3C de techniques, conventions, technologies et conceptions qui permettent et améliorent l'utilisation de technologies W3C et Web dans le monde entier, avec et entre les différentes langues, écritures, régions et cultures. Le W3C poursuit cet objectif de diverses manières, y compris en collaborant avec les groupes du W3C, et d'autres organisations, à la création de ressources pédagogiques, et au travail technique lui-même sur divers sujets. Des travaux réputés couvrent le populaire vérificateur d'internationalisation et des documents largement utilisés tels que « travailler avec les fuseaux horaires », « le modèle de caractères pour le World Wide Web », ou « exigences pour la mise en page du texte japonais ».

À propos du Consortium World Wide Web

La mission du World Wide Web Consortium (W3C) est de mener le Web à son plein potentiel en créant des standards techniques et des directives pour s’assurer que le Web reste ouvert, interopérable et accessible pour tous, dans le monde entier. Les standards Web HTML5 et CSS du W3C sont les technologies fondamentales sur lesquelles reposent tous les sites Web. En reconnaissance de son travail pour rendre plus accessibles les vidéos en ligne grâce aux légendes et aux sous-titres, le W3C a reçu un « Emmy Award » en 2016.

La vision du W3C pour « Un seul Web » rassemble des milliers d'experts techniques représentant plus de 400 organisations membres et des dizaines de secteurs industriels. Sur le plan organisationnel, le W3C est géré conjointement par le MIT Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (MIT CSAIL) aux États-Unis, le European Research Consortium for Informatics and Mathematics (ERCIM) basé en France, l'Université de Keio au Japon et l'Université Beihang en Chine. Pour de plus amples informations, consultez https://www.w3.org/

Fin du communiqué de presse

Contacts Presse

Amy van der Hiel, W3C Media Relations Coordinator <w3t-pr@w3.org>
+1.617.253.5628 (US, Eastern Time)