W3C

W3C XML fête ses 10 ans !

La communauté internationale est invitée à célébrer XML

(Communiqué disponible en anglais et japonais, ainsi que dans d'autres traductions)

Une liste de témoignages de soutien est également disponible.


http://www.w3.org/ -- Le 12 février 2008 -- Pour célébrer le dixième anniversaire de la publication de sa première recommandation d'Extensible Markup Language (XML) 1.0, le consortium World Wide Web (W3C) prévoit, tout au long de l’année 2008, d’honorer et de remercier les communautés et les acteurs dévoués qui ont apporté leurs contributions au XML, notamment ceux ayant participé aux groupes de travail et aux listes de diffusion XML du W3C, les communautés SGML et xml-dev. XML est un format simple, ouvert et flexible, utilisé pour échanger une grande diversité de données aussi bien sur le Web qu’en dehors du contexte Web. Le succès remporté par le langage XML montre bien que le travail de personnes consciencieuses œuvrant au sein du processus du W3C peut, avec l’aide de toute une communauté, produire des résultats qui transforment le paysage industriel.

W3C XML est omniprésent

« Aujourd’hui, tous les ordinateurs du monde, qu’il s’agisse de postes de travail, de portables ou de stations de centre de données, traitent forcément du XML à un moment ou à un autre » déclare Tim Bray de Sun Microsystems. « Cela montre bien que les informations peuvent être regroupées, transmises et utilisées indépendamment des types d’ordinateurs ou de logiciels exploités. XML ne sera sans doute pas le seul vecteur neutre d’informations, mais ce fut le premier et à ce titre, il remplit bien sa mission. »

En fait, il est quasiment impossible de passer une journée sans avoir recours à une technologie qui repose, d’une manière ou d’une autre, sur XML. Quand vous faites le plein de votre voiture, XML passe souvent de la pompe à la station service. Quand vous configurez votre appareil photo numérique, vous utilisez des contrôles graphiques qui reposent sur XML. Lorsque vous le connectez à un ordinateur, cet appareil photo et le système d’exploitation communiquent en XML. Quand vous téléchargez de la musique numérique, le logiciel que vous utilisez pour l’organiser stocke les informations sur les chansons au format XML. Et quand vous explorez la planète Mars, XML vous accompagne ; lisez l’histoire de l'open source sur Mars.

W3C XML ou l’initiative de toute une communauté

Le W3C souhaite tout particulièrement féliciter les participants du groupe de travail XML qui ont créé le standard : Jon Bosak, Paula Angerstein, Tim Bray (corédacteur), James Clark, Dan Connolly, Steve DeRose, Dave Hollander, Eliot Kimber, Tom Magliery, Eve Maler, Murray Maloney, Makoto Murata, Joel Nava, Conleth O'Connell, Jean Paoli (corédacteur), Peter Sharpe, C. M. Sperberg-McQueen (corédacteur), et John Tigue.

« Le dixième anniversaire du XML est l’occasion rêvée de rappeler les raisons qui ont motivé sa création » confie Jon Bosak, éminent ingénieur de Sun Microsystems, qui a organisé et dirigé le groupe de travail du W3C à l’origine de la recommandation XML 1.0. « Le XML et les standards connexes ont conféré tant d’avantages techniques au fil des années qu’il est facile d’oublier les forces qui ont amené l’industrie à profiler le futur développement du Web sur une norme internationale, le SGML (ISO 8879 : 1986). En toile de fond du travail technique s’est livrée une bataille entre les utilisateurs et les fournisseurs pour la propriété des données. Sun Microsystems a parrainé l’initiative pour faire du XML le standard des données Web, car nous savions que la seule alternative était un format binaire détenu par un seul fournisseur. Aujourd’hui, nous célébrons la réussite des standards ouverts qui préservent les données du Web de tout concept de propriété. La bataille est loin d’être terminée, mais je suis fier que Sun ait su promouvoir un développement qui fera qu’un jour les données indépendantes de tout fournisseur deviendront une réalité. »

XML est un standard d’interopérabilité prenant en charge l’internationalisation, l’extensibilité, la composition et la rémanence (le format est ouvert et peut à la rigueur être lu par des humains, et pas seulement des machines)  ; voir le document formats de données fondés sur XML pour en savoir plus. XML est soutenu par un ensemble d’outils complet de standards connexes, dont XSLT (pour transformer le contenu XML), XQuery (pour interroger les bases de données XML), Document Object Model (pour l’accès dans un environnement de programmation), les schémas XML et les signatures/chiffrement XML. L’interopérabilité XML s’est imposée naturellement pour la définition des formats de documents (tels que SVG ou VoiceXML) et de services (reposant sur SOAP et HTTP).

Le W3C continue d’investir dans le XML

Le W3C s’est investi dans la maintenance du langage XML depuis sa première publication. Si la mise à jour d’une spécification est une tâche qui peut paraître ingrate, le groupe de travail chargé des normes Core XML veille à s’assurer que les relevés de bogue soumis par la communauté se traduisent par des corrections de la spécification. Ainsi, le 5 février dernier, ce groupe a publié la cinquième édition de XML 1.0 proposée comme recommandation modifiée, et invite la communauté à consulter les dernières modifications apportées. Le W3C profite également de cette occasion pour remercier le groupe de travail Core XML, et plus particulièrement ses coprésidents Paul Grosso et Norm Walsh pour leur dévouement.

Venez célébrer W3C XML10

Dans le cadre de la célébration W3C XML10, le W3C souhaite enregistrer des entretiens vidéo des acteurs de la communauté XML et distribuer des cadeaux XML10 lors de manifestations liées à XML, et ce tout au long de l’année 2008. Pour soutenir ces projets, le W3C invite ses membres adhérents à parrainer XML10. Le W3C tient à remercier la Fondation FLWOR pour sa généreuse contribution à XML10.

Utilisez la carte de vœux XML10 (en ligne) pour nous faire part de vos billets de blogue, vidéos, articles, déploiements XML et autres idées relatives à XML. Les cartes envoyées seront mises à la disposition du public.

À propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) est un consortium international auquel les organisations membres, une équipe à plein temps et le public travaillent ensemble au développement de standards Web. Le W3C poursuit sa mission essentiellement par la création de standards Web et de directives visant à assurer au Web une croissance à long-terme. Plus de 400 organisations sont membres du consortium. Le W3C est piloté conjointement par le Laboratoire d'Informatique et d'Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux Etats-Unis, le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France et l'Université de Keio au Japon, et possède plusieurs bureaux dans le monde. Pour plus d'informations, merci de consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/

Contacts Presse W3C :
Amériques et Australie -- Ian Jacobs, <ij@w3.org>, +1.718.260.9447 ou +1.617.253.2613
Europe, Afrique et Moyen-Orient -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94 ou +1.617.253.2613
Asie -- Yasuyuki Hirakawa <chibao@w3.org>, +81.466.49.1170