W3C

Le W3C étend la prise en charge de la synthèse vocale de toutes les langues du monde

Une première version de la spécification SSML 1.1 est publiée, et l’atelier qui se tiendra en Inde devrait apporter d’autres améliorations

(Communiqué disponible en anglais et japonais, ainsi que dans d'autres traductions).


http://www.w3.org/ -- Le 10 janvier 2007 -- Aujourd'hui, le W3C a pris des mesures pour élargir la prise en charge des langues internationales dans les applications vocales sur le Web. Ce premier document de travail public sur le langage de synthèse vocale SSML (Speech Synthesis Markup Language 1.1) présente d’importantes fonctionnalités et intègre les résultats des ateliers consacrés à la spécification SSML qui se sont tenus à Pékin en Chine et à Héraklion en Grèce. Du 13 au 14 janvier 2007, le W3C organise un troisième atelier dédié au SSML, accueilli par Bhrigus Software et l’International Institute of Information Technology (IIIT) à Hyderabad en Inde. Lors de cet atelier, des experts apporteront leurs contributions et donneront leur vision du SSML, dans le cadre de la plate-forme d’interface vocale du W3C (Speech Interface Framework) qui est un ensemble de spécifications développées pour la création des applications vocales sur le Web.

Les applications vocales dans de nombreuses langues s’intensifient sur le Web

Selon les prévisions, le World Wide Web devrait, dans les trois prochaines années, connaître une importante augmentation des contenus dans les familles de langues chinoises et indiennes, entre autres. Dans bien des régions où ces langues sont parlées, les gens ont plus facilement accès au Web via un terminal mobile à faible coût qu'à partir d'un ordinateur de bureau. Il y a actuellement 10 fois plus de téléphones portables dans le monde que d’ordinateurs connectés à Internet. Grâce à une version étendue de la spécification SSML, une plus grande part de la population mondiale pourra donc accéder à des services vocaux dans leur propre langue à partir de téléphones mobiles et autres terminaux, facilitant ainsi l'accès à l’information en tout point du globe.

SSML 1.1 réunit le support nécessaire à la diversité des langues parlées

SSML 1.1 améliore la recommandation SSML 1.0 du W3C en ajoutant la prise en charge de nombreuses conventions et pratiques des langues internationales. Une nouvelle fonctionnalité contribue à lever l’ambiguïté des « frontières lexicales » dans les langues qui n'utilisent pas d'espace comme délimiteur, notamment le chinois, le Thaï et le Japonais. SSML 1.1 favorise les références à des alphabets de prononciation spécifiques des langues. Elle précise la relation entre la voix orale spécifiée par l'auteur et la langue parlée. Par ailleurs, elle fournit un contrôle plus aigu de l'activation lexicale et de l'usage des entrées.

De plus, SSML 1.1 présente des fonctionnalités favorisant une intégration plus étroite aux spécifications de la plate-forme d’interface vocale existantes et à venir.

Les participants à l'atelier qui se tiendra à Hyderabad se concentreront sur les familles de langues indiennes, l'arabe et l'hébreu

Ce troisième atelier consacré au SSML réunit des experts indiens, pakistanais et internationaux pour identifier et hiérarchiser les besoins relatifs aux extensions et ajouts à apporter au standard SSML dans le but d’améliorer son utilisation pour le rendu des langues non anglaises, notamment l'arabe, l'hébreu et les langues indiennes telles que le telougou, l'hindi, le bengali, le penjabi, le gujarati et l'ourdou. Au nombre des priorités à l'ordre du jour figurent la description des nouveaux besoins, les scénarios d’utilisation et les problèmes à résoudre. Les résultats de cet atelier seront étudiés par le Groupe de travail Navigateur vocal du W3C qui devrait développer de nouvelles fonctionnalités pour la spécification SSML 1.1 et ses versions ultérieures.

À propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) est un consortium international auquel les organisations membres, une équipe à plein temps et le public travaillent ensemble au développement de standards Web. Le W3C poursuit sa mission essentiellement par la création de standards Web et de directives visant à assurer au Web une croissance à long-terme. Plus de 400 organisations sont membres du consortium. Le W3C est piloté conjointement par le Laboratoire d’Informatique et d’Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux Etats-Unis, le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France et l'Université de Keio au Japon, et possède plusieurs bureaux dans le monde. Pour plus d'informations, merci de consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/

Contacts Presse W3C :
Amériques et Australie -- Janet Daly, <janet@w3.org>, +1.617.253.5884 ou +1.617.253.2613
Europe, Afrique et Moyen-Orient -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94
Asie -- Yasuyuki Hirakawa <chibao@w3.org>, +81.466.49.1170