W3C

Le World Wide Web Consortium publie la Recommandation "Extensible Stylesheet Language 1.0"

XSL 1.0 permet un formatage professionnel de documents XML

Contacts Presse :

Amériques --
Janet Daly, <janet@w3.org>, +1.617.253.5884 ou +1.617.253.2613
Asie --
Saeko Takeuchi <saeko@w3.org>, +81.466.49.1170
Europe --
Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94

(disponible en Anglais et Japonais)


http://www.w3.org/ -- 16 Octobre 2001 -- Le World Wide Web Consortium (W3C) publie la Recommandation Extensible Stylesheet Language (XSL) 1.0, un standard issu d'une collaboration industrielle pour le développement d'un langage définissant une méthode de mise en page de documents XML. Ce standard est défini pour être utilisé en coopération avec XSL Transformations (XSLT), un langage XML permettant de définir des transformations de documents structurés. Le statut de Recommandation W3C indique que la spécification est stable, contribue à l'interopérabilité du Web et montre que les membres du W3C ont revu celle-ci et favorisent son utilisation.

XSL1.0 permet l'ajout de style aux documents XML

Pour l'industrie du document, le langage XML (Extensible Markup Language) est d'un intérêt certain, mais présente certaines limitations: XML est un format efficace pour les données structurées mais ne disposait pas jusqu'à présent d'outils de formatage et de transformation que l'on peut trouver dans certains logiciels commerciaux de publication.

XSLT 1.0, le langage XML permettant la transformation de documents et de données XML est une Recommandation du W3C depuis Novembre 1999. Celui-ci est utilisé par un grand nombre de développeurs et se trouve au sein de plusieurs applications commerciales. XSL 1.0 est basé sur XSLT 1.0 et donne à l'utilisateur la possibilité de spécifier le format de documents et de données XML, en décrivant un ensemble d'éléments de mise en page (formatting objects) tels que les en-têtes, les notes de bas de page, les colonnes de texte, ainsi que d'autres éléments utilisés pour la pagination de documents.

Un développeur utilisera une feuille de style XSL 1.0 pour spécifier la façon de présenter un type de documents XML. Un logiciel qui implémente XSL produit, à partir d'un document XML et d'une feuille de style XSL, une présentation de ce document, par exemple une impression papier ou un affichage sur écran. XSLT 1.0 permet de changer la structure du document XML de départ, pour générer par exemple une table des matières, un index ou des références croisées. XSL 1.0 ajoute à cela un vocabulaire de description d'éléments et de propriétés pour une description précise du format du document.

XSL 1.0 donne aux documents XML des possibilités de formatage et d'impression de niveau professionnel

XSL 1.0 permet la définition de formats pour la mise en page, et apporte les possibilités de l'impression professionnelle à l'utilisation de XML. XSL 1.0 et XSLT répondent à la fois aux exigences du Web et à celles de l'industrie de l'impression: il est à présent possible de stocker des documents en utilisant le format XML, de spécifier la façon de les formater avec XSL, et de produire un rendu à la fois pour l'affichage sur le Web et pour l'impression.

Les technologies XSL 1.0 et CSS sont complémentaires

Le langage CSS (Cascading Style Sheets, niveaux 1 et 2) est depuis longtemps reconnu comme étant le langage de style de choix pour les documents HTML et XHTML. Dans le cas où des transformations de structure ne sont pas nécessaires, CSS peut être utilisé par les concepteurs de pages Web pour formater le langage XML.

Les Groupes de Travail CSS et XSL ont travaillé ensemble dans le but de définir ces deux technologies complémentaires. Par la réutilisation des propriétés CSS et de son modèle de formatage, le Groupe de Travail XSL a assuré une compatibilité complète entre ces deux langages de style.

XSL bénéficie de l'appui de l'industrie du Web et de l'expérience des utilisateurs

Plusieurs leaders de l'industrie, ainsi que des experts de XML ont participé à la création des deux langages de transformation et de formatage. Parmi eux (par ordre alphabétique): Adobe, Arbortext, Bitstream, Enigma, IBM, James Clark, Microsoft, Oracle, RivCom, SoftQuad, Software AG, Sun Microsystems, L'université d'Edimbourg et Xerox. La participation à l'implémentation de XSL est importante, comme le montrent les témoignages concernant XSL 1.0.

Les développements continuent

Les Groupes de Travail XSL et CSS travaillent déjà sur le raffinement et l'amélioration de leurs technologies respectives. Le Groupe de Travail XSL travaille actuellement sur les spécifications XSLT 2.0 et XPath 2.0, alors que le Groupe de Travail CSS a récemment publié un ensemble de Profils pour CSS Level 3.

A propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour mener le Web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et assurent son interopérabilité. Il s'agit d'un consortium industriel international, piloté conjointement par l'Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) en France, l'Université de Keio au Japon, et le MIT Laboratory for Computer Science (MIT LCS) aux Etats-Unis. Les services fournis par le Consortium comprennent: la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en oeuvre de logiciels permettant d'incorporer et de promouvoir les standards ; la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. Aujourd'hui, le Consortium compte plus de 510 membres. Pour plus d'informations sur le Consortium World Wide Web, consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/.