W3C

Le W3C publie les recommandations XHTML 1.1 et Annotation Ruby

Deux nouvelles spécifications pour rehausser la modularité et encourager l'internationalisation

http://www.w3.org/ -- 31 mai 2001 -- Le Consortium World Wide Web (W3C) annonce ce jour la publication de deux recommandations : XHTML 1.1 et l'annotation Ruby. XHTML 1.1 spécifie un nouveau type de document s'appuyant sur les modules définis dans la recommandation modularisation de XHTML. La structure modulaire de cette spécification va servir de base à la mise en place d'une famille de types de documents XHTML. L'annotation Ruby propose un module XHTML pour la représentation de textes courts situés sur ou à côté des idéogrammes asiatiques, indiquant ainsi la prononciation correspondante ou encore une simple annotation.

Le statut de recommandation du W3C indique que la spécification est stable, et qu'elle contribue à l'interopérabilité du web. Le W3C préconise son adoption par tous les acteurs de l'industrie, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

XHTML 1.1 assoit les bases d'un Web soigné grâce à sa modularité

XHTML 1.1 est le dernier développement d'une série de travaux réalisés au W3C pour assurer l'universalité du format des contenus sur le Web.

La première étape a été la formulation de HTML 4 en XML (langage de balisage extensible), ce qui a produit la recommandation XHTML 1.0 avec la mise en place de trois variantes pour la définition des documents créés : 'strict', 'frameset' et 'transitionnel'. Les auteurs de contenu Web ont ainsi pu choisir leur type de balises et créer des documents valides, sans pour autant que ces documents soient interprétés par tous les terminaux.

La seconde étape a été de créer des ensembles d'éléments et d'attributs permettant leur utilisation dans des documents qui peuvent combiner du XHTML avec d'autres types de balises. Les modules sont définis dans la spécification Modularisation de XHTML. Si XHTML Basic est un exemple de composition restreinte de ces modules destiné aux applications de téléphonie mobile par exemple, XHTML 1.1, constitué d'un plus grand nombre de modules, possède la caractéristique de supprimer toutes les informations relatives à la réprésentation des documents, informations qui doivent être prises en compte par les langages de style.

XHTML 1.1 spécifie donc un nouveau type de document s'appuyant sur la structure et les modules définis dans la modularisation de XHTML. Ce type de document est destiné à être supporté par un grand nombre de terminaux et à s'adapter à un éventail plus large de contenu. XHTML 1.1 garantit que les documents écrits dans ce langage seront compris par la nouvelle génération des navigateurs.

L'annotation Ruby comme module XHTML apporte une dimension internationale

Le formalisme apporté par XML est au coeur de l'infrastructure technologique qui poussera le Web à devenir un espace d'information universel, mais il est souvent nécessaire d'aller plus loin que la simple validité des documents. Par exemple, pour les langues japonaise et chinoise, il est courant de rajouter un petit texte syllabique à coté de chaque caractère chinois (kanji) comme aide à la prononciation d'idéogrammes peu usités. Ces caractères sont appelés "Ruby", d'après le nom d'une tête d'impression d'origine anglaise à 18 aiguilles. Les annotations Ruby apparaissent fréquemment dans les magazines japonais et les manuels scolaires japonais et chinois.

Même si de nombreux besoins typographiques internationaux peuvent être pris en compte par les langages de style comme CSS ou XSL, un balisage supplémentaire est nécessaire pour définir l'association entre le texte de base et son annotation. L'annotation Ruby apporte au Web cette fonctionnalité sous la forme d'un module, permettant ainsi à un caractère ruby d'être correctement représenté avec un texte de base donné sans recourir à une représentation graphique spécifique. Le module annotation Ruby fait partie de XHTML 1.1, consolidant ainsi la puissance et la possibilité d'extension de cette recommandation.

Des efforts internationaux ont produit des technologies Web interopérables et extensibles

Les groupes de travail HTML et Internationalisation du W3C, qui ont produit ces recommandations, ont déjà réalisé les implémentations nécessaires pour s'assurer de la la stabilité et de l'utilité de ces deux spécifications. Le groupe de travail HTML est composé d'experts et de responsables industriels de Applied Testing and Technology, CWI, Ericsson, IBM, Intel, Matsushita Electric Industrial Co., Ltd. (Panasonic), Microsoft, Mozquito Technologies, Netscape/AOL, Openwave Systems, Opera Software, Philips Electronics, Quark Inc., Sun Microsystems, et WebGeek, Inc. Quant au groupe de travail Internationalisation, il est composé des représentants des organisations suivantes : Alis Technologies, IBM, Microsoft, Progress Software, Reuters, Sun Microsystems, le consortium Unicode et Unisys.

Les témoignages reçus prouvent que les deux spécifications sont adoptées par les acteurs du domaine à un niveau international.

A propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour mener le Web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et assurent son interopérabilité. C'est un consortium industriel international, piloté conjointement par l'Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) en France, l'Université de Keio au Japon, et le MIT Laboratory for Computer Science (MIT LCS) aux Etats-Unis. Les services fournis par le Consortium se composent de : la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en oeuvre de logiciels permettant d'incorporer et de promouvoir les standards ; la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. Aujourd'hui, le Consortium compte plus de 500 membres. Pour plus d'informations sur le Consortium World Wide Web, consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/.

Contacts Presse :
Amériques -- Janet Daly, <janet@w3.org>, +1.617.253.5884 ou +1.617.253.2613
Asie -- Saeko Takeuchi <saeko@w3.org>, +81.466.49.1170
Europe -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94