W3C

Le W3C étend la portée du XML aux nouveaux terminaux et applications

Le standard Efficient XML Interchange (EXI) a une incidence considérable sur la vitesse, la performance et la consommation d'énergie



http://www.w3.org/ — Le 10 mars 2011 — Aujourd'hui, le W3C annonce des avancées qui permettront d'utiliser les standards Web ouverts largement déployés, de façons totalement inédites. Le standard Efficient XML Interchange (EXI) optimise nettement la performance, l'efficacité réseau et la consommation d'énergie des applications utilisant le XML. EXI est une représentation très compacte des informations XML, idéale pour être utilisée dans les téléphones intelligents, les terminaux avec contraintes de mémoire ou de bande passante, les applications sensibles aux performances comme les réseaux de capteur, les appareils électroniques grand public tels que les appareils photos, les automobiles, les systèmes d'opérations boursières en temps réel et dans beaucoup d'autres scénarios.

« Nous proposons des produits EXI depuis plusieurs années et nous sommes étonnés des réalisations de nos clients » déclare John Schneider, directeur technique chez AgileDelta et rédacteur de la spécification EXI. « Ils ont multiplié leurs performances par 100 et étendu leurs réseaux de données aux applications grande vitesse pour les avions, les automobiles, les terminaux mobiles et les réseaux de capteur. En parallèle, ils ont réussi à réduire considérablement les coûts en utilisant les standards Web ouverts et les produits prêts à l'emploi à la place des protocoles, passerelles et applications personnalisés préalablement requis par ces applications. »

La communauté W3C résout la fragmentation et crée un standard interopérable unique

Les standards XML sont omniprésents dans l'informatique d'entreprise et font partie intégrante du socle du Web. Comme ces standards sont interopérables et abordables, les utilisateurs ont voulu les exploiter dans une grande diversité d'applications. Cependant, dans certaines configurations (de terminaux avec faible bande passante ou mémoire ou ceux où la performance est primordiale), l'expérience a montré qu'il fallait un format plus efficace de langage XML. Sous la demande du marché, les approches spécifiques de l'application ont proliféré. Malheureusement, aucune ne s'est avérée réellement efficace ou suffisamment générale et toutes sacrifiaient l'intérêt même du XML : l'interopérabilité.

Pour résoudre cette fragmentation, le W3C a réuni différentes parties intéressées pour passer en revue un large ensemble de cas d'utilisation. Il en résulte le standard EXI, format XML interopérable unique qui fonctionne systématiquement sur l'éventail complet des cas d'utilisation. Des tests étendus montrent qu'EXI offre une cohérence nettement supérieure aux précédents formats XML, compression de données, voire même aux formats de données binaires condensés. En tant que tel, il met tous les avantages du XML au service des applications les plus exigeantes.

EXI suscite l'intérêt

EXI est déjà adopté dans les normes d'énergie intelligentes pour prendre en charge la communication rapide entre les réseaux de compteurs intelligents, les appareils intelligents et les véhicules électriques. EXI accélère les systèmes d'opérations boursières, tributaires de la vitesse des transactions. EXI accélère les applications du secteur de la Défense, où la rapidité du flux d'informations peut contribuer à sauver des vies. EXI donne au XML toute sa valeur comme format de données pour les applications Web sur les périphériques mobiles où l'utilisation du réseau est réduite et le processeur améliore la performance et prolonge la durée de la batterie. Enfin, le standard EXI peut être utilisé à partir de JavaScript dans des navigateurs Web de poste de travail pour offrir à l'utilisateur une plus grande rapidité.

Le standard EXI est l'apogée d'années de recherche, d'analyse et de réalisation de tests de performance consacrées par le groupe de travail EXI du W3C et son prédécesseur, le groupe de travail XML Binary Characterization (XBC). Les organisations suivantes ont apporté orientation, conseils, expertise et soutien à ce travail : Adobe, AgileDelta, BEA, Boeing, Canon, Chevron, DataPower, Expway, France Telecom, Fujitsu, High Performance Technologies, IBM, Intel, KDDI, MITRE, Objective Systems, Oracle, OSS Nokalva, Nokia, Siemens, Stanford University, Tarari, Université d'Helsinki et le Consortium Web3D. Pour en savoir plus, lisez les témoignages des membres du W3C.

À propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) est un consortium international dont les organisations membres, une équipe à plein temps et le public collaborent au développement de standards Web. Le W3C poursuit sa mission essentiellement par la création de standards Web et de directives visant à assurer au Web une croissance à long terme. Plus de 300 organisations adhèrent au consortium. Le W3C est piloté conjointement par le Laboratoire d'Informatique et d'Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux États-Unis, le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France et l'Université de Keio au Japon, et possède plusieurs bureaux dans le monde. Pour plus d'informations, merci de consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/

Contacts Presse W3C

Amériques, Australie
Ian Jacobs, <ij@w3.org>, +1.718.260.9447
Europe, Afrique et Moyen-Orient
Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33 6 76 86 33 41