W3C

Les standards de modélisation de services étendent la portée de la famille XML

SML et SML-IF permettent la validation d’ensembles de documents

(Communiqué disponible en anglais, ainsi que dans d'autres traductions)

Une liste de témoignages de soutien est également disponible.


http://www.w3.org/ -- Le 12 mai 2009 -- Le W3C annonce aujourd’hui de nouveaux standards qui permettront d’utiliser les outils XML en vue d’améliorer la qualité des systèmes et services de plus en plus sophistiqués construits à partir de la famille de standards XML. Les développeurs peuvent à présent valider des ensembles de documents XML, soit individuellement à l’aide du langage de modélisation de services SML 1.1, soit sous la forme de lots à l’aide du format d’échange SML-IF 1.1. Les contraintes de validité sont définies à l’aide d’une combinaison flexible entre un schéma XML et un schéma ISO Schematron.

« Ces standards réduisent les coûts d’intégration tout en préservant la neutralité des fournisseurs et en offrant une plus grande flexibilité en termes de gestion d’ensembles de documents XML liés », a déclaré John Arwe, président du groupe de travail dédié au langage de modélisation de services qui a produit ces nouveaux standards.

SML et SML-IF permettent la validation d’ensembles de documents XML

Pour illustrer l’avantage apporté par SML dans l’écosystème XML, considérons ce qui se produit lorsqu’une personne achète un billet d’avion. Supposons que les informations de réservation soient stockées dans un document XML qui inclut des informations sur le passager. La réservation contient également un lien vers un deuxième document XML qui stocke l'heure de départ et d'autres informations sur le vol. Les informations sur le client et les informations sur le vol sont gérées par deux départements différents. Avant toute transaction avec le client, la compagnie aérienne désire s’assurer de la validité globale du système. Le langage SML permet à la compagnie aérienne de vérifier que certaines contraintes sont respectées d’un bout à l’autre des données de réservation et de vol. Ainsi, il lui est plus aisé de gérer d’éventuelles incohérences, et ce, sans avoir à écrire de code personnalisé. Par conséquent, la compagnie aérienne réduit les coûts associés aux tâches de gestion comme la notification des passagers en cas de modification des heures de vol.

Une entreprise peut également avoir à appliquer des contraintes supplémentaires lors de l’utilisation de données dans un contexte particulier, par exemple dans le cadre de l’application de législations locales. Les développeurs peuvent utiliser SML pour ajouter des contraintes spécifiques au contexte, sans duplication du contenu.

La flexibilité au service des réalités sociales

Dans un certain nombre de situations sociales, les entreprises choisissent pour des raisons évidentes de traiter de plus petits ensembles de données, sans toutefois vouloir perdre la puissance de la validation des schémas. Supposons par exemple que la compagnie aérienne dont il était question plus haut échange des informations avec différents partenaires de location de voiture. Plutôt que de développer des applications personnalisées pour le partage de ces informations, la compagnie aérienne peut utiliser SML-IF afin de réduire les coûts de collaboration. SML étend le traitement des schémas au « suivi des liens » afin de garantir que les données liées présentent la structure attendue. SML et SML-IF sont compatibles avec tout vocabulaire XML et peuvent être superposés à des standards existants tels que XML Schema et ISO Schematron.

SML et SML-IF ont été développés par le groupe de travail dédié au langage de modélisation de services, composé des membres W3C suivants : CA, HP, IBM Corporation et Microsoft Corporation.

À propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) est un consortium international auquel les organisations membres, une équipe à plein temps et le public travaillent ensemble au développement de standards Web. Le W3C poursuit sa mission essentiellement par la création de standards Web et de directives visant à assurer au Web une croissance à long terme. Plus de 400 organisations adhèrent au consortium. Le W3C est piloté conjointement par le Laboratoire d'Informatique et d'Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux Etats-Unis, le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France et l'Université de Keio au Japon, et possède plusieurs bureaux dans le monde. Pour plus d'informations, merci de consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/

Contacts Presse W3C :
Amériques et Australie -- Ian Jacobs, <ij@w3.org>, +1.718.260.9447
Europe, Afrique et Moyen-Orient -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.6.76.86.33.41
Asie -- Kanako Iwasa, <keio-contact@w3.org>, +81.466.49.1170

Retour à la liste de tous les communiqués de presse du W3C.