W3C

L'activité e-Gouvernement du W3C vise à renforcer les moyens d’agir des citoyens

Ce forum public développera les meilleures pratiques du Web en matière de bonne gouvernance et de participation des citoyens

(Communiqué disponible en anglais, japonais, ainsi que dans d'autres traductions)

Voir aussi la FAQ sur l'activité e-Gouvernement du W3C


http://www.w3.org -- Le 3 juin 2008 -- Le W3C lance aujourd’hui un nouveau forum dans le cadre duquel les administrations, les citoyens, les chercheurs et d’autres intervenants pourront échanger leurs vues sur la meilleure façon d’utiliser la technologie Web pour assurer une bonne gouvernance et renforcer la participation des citoyens.

«  J’encourage les agences gouvernementales à rejoindre ce forum du W3C pour que le Web puisse mieux servir les personnes », déclare Tim Berners-Lee, directeur du W3C. «  Les standards ouverts, et en particulier ceux du Web sémantique, peuvent contribuer à réduire le coût de l’administration en ligne, à faciliter la collaboration entre les organisations indépendantes et à accroître la flexibilité face au changement. La publication de données liées sur le Web permet une réutilisation créative de ces dernières, comme c’est le cas des applications composites commerciales ou orientées citoyens, qui combinent les données de diverses sources pour en faire de nouveaux usages auxquels l’on ne s’attendait absolument pas. En participant à ce forum, vous pourrez découvrir ce qu’est la bonne « e-Gouvernance  » et apprendre comment déployer une plate-forme fondée sur des standards ouverts au-dessus de vos outils et services existants.  »

Ce forum est ouvert au public. Le W3C invite toute personne et organisation intéressée par l'administration en ligne à rejoindre le nouveau groupe d'intérêt e-Gouvernement. Ce groupe représente le fruit de plusieurs années de travail mené par le W3C dans ce domaine, dont la tenue de deux ateliers sur l'administration en ligne organisés en 2007 (l'un en Europe et l'autre en Amérique du Nord).

Les premiers succès de l'administration en ligne révèlent de nouveaux défis

L’administration en ligne (e-Gouvernement) fait référence à l’ensemble des services gouvernementaux accessibles par le biais du Web et autres technologies de l’information, et permettant une interaction entre services et citoyens, entre services et départements, et entre les différentes administrations elles-mêmes. Comme tout fournisseur d’informations, les administrations apprécient l’utilité et l’efficacité des échanges en ligne avec les citoyens, que ce soit pour les déclarations fiscales, les cours de formation des automobilistes, les demandes de visa ou les élections. L’accès aux informations et les échanges sécurisés et efficaces contribuent à garantir une gouvernance équitable.

Ces réalisations démontrent la valeur de fournir des renseignements et des services sur le Web, mais les administrations peuvent mieux faire. L'évolution rapide de services et de fonctionnalités sur le Web public amène les citoyens à s'attendre et à demander des améliorations allant des services fondamentaux à des solutions plus avancées, ainsi qu'à la coopération entre secteurs publics et commerciaux.

Les standards ouverts du Web sont la clé de services publics plus efficaces

De par leur interopérabilité, les standards ouverts du Web profitent depuis quelques années aux administrations du monde entier, dont ceux du W3C dans les domaines du XML, du Web sémantique, de l’accessibilité, de l’internationalisation et de l’accès mobile. Ces standards permettent aux personnes disposant d’équipements et de fonctionnalités variés d’accéder aux informations. Les standards ouverts augmentent également la probabilité que les données resteront consultables à long terme, accroissant par là même la valeur des investissements affectés à la création et à la collecte des données.

Les standards du Web sémantique se prêtent plus particulièrement à l’agrégation de données – aux applications composites ou mashups – et, par conséquent, à la collaboration (planifiée ou non) entre les agences gouvernementales et autres parties intéressées par l’administration en ligne. Les technologies du Web sémantique peuvent également s’avérer utiles dans la gestion de la compatibilité en termes de réduction du risque d’erreurs et d’accroissement de la fiabilité.

Le nouveau groupe d’intérêt, coprésidé par Kevin Novak (American Institute of Architects) et José M. Alonso (W3C/CTIC), développera des bonnes pratiques et fournira des recommandations sur l’utilisation des standards ouverts du Web dans la gouvernance. Il identifiera et documentera en outre les besoins des différentes parties intéressées auxquels les technologies actuelles ne répondent pas de manière appropriée. Ce groupe d’intérêt cherchera également à établir une collaboration plus étroite avec d’autres groupes de travail du W3C et organisations internationales. Parmi ces dernières, citons notamment la Commission européenne, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et l’Organisation des États américains (OAS), l’International Council for Information Technology in Government Administration (ICA) et l’eDevelopment Thematic Group de la Banque mondiale.

À propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) est un consortium international auquel les organisations membres, une équipe à plein temps et le public travaillent ensemble au développement de standards Web. Le W3C poursuit sa mission essentiellement par la création de standards Web et de directives visant à assurer au Web une croissance à long-terme. Plus de 400 organisations sont membres du consortium. Le W3C est piloté conjointement par le Laboratoire d'Informatique et d'Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux Etats-Unis, le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France et l'Université de Keio au Japon, et possède plusieurs bureaux dans le monde. Pour plus d'informations, merci de consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/

Contacts Presse W3C :
Amériques et Australie -- Ian Jacobs, <ij@w3.org>, +1.718.260.9447
Europe, Afrique et Moyen-Orient -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.676.863.341
Asie -- Yasuyuki Hirakawa <chibao@w3.org>, +81.466.49.1170