W3C

Le W3C publie trois recommandations pour les services Web

Une solution tripartite améliore la performance des services Web

(Communiqué disponible en anglais et japonais)
Une liste de témoignages de soutien est également disponible.

http://www.w3.org/ -- 25 janvier 2005 -- Élargissant les fonctionnalités de SOAP 1.2, le Consortium World Wide Web (W3C) publie XML-binary Optimized Packaging (XOP), SOAP Message Transmission Optimization Mechanism (MTOM), et Resource Representation SOAP Header Block (RRSHB) en recommandations W3C. Ces documents apportent un moyen d'encapsuler et de transmetttre efficacement des données binaires incluses ou référencées dans un message SOAP 1.2.

Les applications de services Web ont besoin de méthodes standard efficaces pour manipuler des données binaires

L'objectif premier des applications de services Web est de partager et d'utiliser des données, tout en utilisant un ensemble très diversifié de terminaux et de formats de données tels que de grands schémas et autres fichiers graphiques. Les exemples d'applications peuvent être aussi complexes que de partager des projets architecturaux entre différentes équipes, ou aussi simples en apparence que d'envoyer une photo numérique directement vers une imprimante.

L'un des problèmes majeurs des services Web, tant au niveau technique qu'au niveau performance, survient lorsqu'un utilisateur ou une application manipule de larges fichiers binaires. L'encodage de données binaires en XML résulte en d'énormes fichiers qui absorbent la bande passante et ralentissent significativement les applications. Pour certains terminaux, ce ralentissement impacte la performance de manière non acceptable.

W3C imagine une solution tripartite pour une meilleure performance des services Web

Le groupe de travail XML Protocol a travaillé sur ce problème pratiquement depuis le début, alors qu'il développait le premier standard SOAP, SOAP Version 1.2. Les nouvelles recommandations, publiées ce jour, fonctionnent avec SOAP 1.2 pour s'attaquer au problème particulier de l'amélioration de la performance des services Web en apportant des méthodes standard et des mécanismes de transmission optimisés pour de grandes quantités de données binaires.

«En définissant une manière plus efficace de sérialiser et de transmettre un message SOAP (XOP et MTOM), et en envoyant toutes les données permettant de traiter le message, même quand ces données ne peuvent pas être immédiatement disponibles (RRSHB), les services Web sont tout simplement devenus plus rapides et plus utilisables, » explique Yves Lafon, expert W3C du groupe de travail XML Protocol.

XOP autorise un encodage binaire en XML efficace

XML-binary Optimized Packaging (XOP) apporte une méthode standard aux applications pour inclure des données binaires telles quelles, avec un document XML, dans un paquet. Ainsi, les applications ont juste besoin de peu d'espace pour enregistrer ces données et de peu de bande passante pour les transmettre. XOP fonctionne au niveau Infoset (XML Information Set), permettant la même représentation abstraite d'un document XML qui sera alors sérialisé de manières différentes.

MTOM implémente XOP et rend SOAP plus rapide

Le mécanisme d'optimisation de transmission de message (MTOM) utilise les fonctionnalités de XOP pour encoder des messages SOAP. MTOM définit la fonction "Optimisation de Transmission" qui permet aux liaisons SOAP d'optimiser la sérialisation utilisée pour transférer un message SOAP. Il définit également une implémentation concrète de cette fonction. L'utilisation d'HTTP et XOP, pour envoyer dans une enveloppe MIME les parties binaires diverses ainsi que le message SOAP, réduit ainsi la bande passante et le temps nécessaire à encoder/décoder de telles données.

RRSHB donne aux applications un raccourci local pour accéder aux ressources

La troisième partie est la fonction de représentation de ressource SOAP (RRSHB) qui permet aux destinataires d'un message SOAP d'accéder aux représentations cachées de ressources externes. Ceci est important, car il peut arriver qu'il y ait des limites en termes de bande passante ou d'accès à des fichiers. Le destinataire se voit alors offrir l'option d'utiliser la ressource initiale, qui peut être identifiée comme un URI, ou bien d'utiliser une copie en cache qui accompagne le message SOAP. Utilisée avec MTOM, cette fonction améliore grandement la vitesse et le traitement puisque les données externes sont déjà disponibles quand le destinataire commence à traiter le message.

À propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le W3C a été créé pour mener le Web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et assurent son interopérabilité. C'est un consortium industriel international, piloté conjointement par le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France, l'Université de Keio au Japon, et le Laboratoire d'Informatique et d'Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux Etats-Unis. Les services fournis par le Consortium se composent de : la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en œuvre de logiciels permettant d'incorporer et de promouvoir les standards ; la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. Le Consortium compte plus de 350 Membres. Pour plus d'informations sur le Consortium World Wide Web, consulter site Web du W3C: http://www.w3.org/

Contacts Presse W3C :
Amériques et Australie -- Janet Daly, <janet@w3.org>, +1.617.253.5884
Europe, Afrique et Moyen-Orient -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.4.92.38.75.94
Asie -- Yasuyuki Hirakawa, <chibao@w3.org>, +81.466.49.11.70