W3C

Le W3C publie le Langage d'Ontologies Web en Recommandation Candidate

OWL, standard émergeant des ontologies Web, renforce les fondations du Web Sémantique

(communiqué disponible en anglais et en japonais)


http://www.w3.org/ -- 19 août 2003 -- Le Consortium World Wide Web (W3C) publie le langage des ontologies Web (Web Ontology Language - OWL) en Recommandation Candidate. L'avancement d'un document au stade de Recommandation Candidate W3C constitue un appel explicite à des implémentations de la spécification, indique que le document a été révisé par les autres groupes de travail W3C, et assure que la spécification est stable.

OWL est un langage permettant de définir des ontologies Web structurées, et ce faisant, autorise une intégration plus riche et garantit l'interopérabilité des données au travers de frontières applicatives. La bioinformatique, le secteur de la santé, les entreprises corporatives et les gouvernements représentent les premiers utilisateurs de ce standard. OWL permet de créer un éventail large d'applications allant des portails Web, de la gestion des bibliothèques, de la recherche de contenu, de mise en place d'agents intelligents, jusqu'aux Services Web.

« OWL est une étape importante pour que les données sur le Web soient plus facilement interprétables par les machines et réutilisables au travers de nombreuses applications. » explique Tim Berners-Lee, Directeur du W3C. « Il est encourageant de voir qu'OWL est déjà utilisé comme un standard ouvert pour le déploiement d'ontologies à grande échelle sur le Web.»

La spécification OWL est composée de six documents: un aperçu d'OWL (OWL Overview) ; une syntaxe abstraite et une sémantique d'OWL (OWL Semantics and Abstract Syntax) ; des conditions préalables et cas d'utilisation d'OWL (OWL Use Cases and Requirements) ; des exemples de tests d'OWL (OWL Test Cases) ; un guide OWL (OWL Guide) ; et une référence OWL (OWL Reference). Une liste de questions fréquemment posées est disponible pour plus de détails sur la spécification OWL.

OWL fournit des ontologies opérationnelles pour le Web

OWL est un langage d'ontologies Web. Les premiers langages utilisés pour le développement d'outils et d'ontologies pour des communautés d'utilisateurs spécifiques (particulièrement en Sciences et dans des applications d'e-commerce spécifiques à certaines entreprises) n'ont pas été définis pour être compatibles avec l'architecture du Web en général, et du Web Sémantique en particulier.

OWL répare ce manque en utilisant à la fois les URIs pour nommer et la fonctionnalité fournie par RDF pour créer des liens. Ainsi, les ontologies Web possèdent les avantages suivants :

OWL s'appuie sur un modèle et un schéma RDF pour ajouter plus de vocabulaire dans la description de propriétés et de classes, comme par exemple : les relations entre classes (i.e. la séparation), la cardinalité (i.e. "un et un seul"), l'égalité, une typographie plus riche des propriétés, des caractéristiques de propriétés (i.e., la symétrie), et des classes énumératives.

Il existe déjà de multiples implémentations et démonstrations du langage OWL, mises à la disposition du public.

Les documents OWL ont été produits par le W3C

Le Groupe de Travail Web Ontology du W3C a produit six documents OWL. Chacun d'entre eux addresse un segment précis relatif à la spécification, ce qui permet un apprentissage, une compréhension et une utilisation du langage OWL simplifiés. Les six documents sont : une représentation des cas d'utilisation et conditions préalables qui ont motivé les travaux sur OWL - un document schématique qui explique brièvement les caractéristiques d'OWL et comment elles peuvent être utilisées - un guide compréhensif illustré d'exemples d'utilisation des caractéristiques d'OWL - un document de référence qui fournit les détails de chaque caractéristique d'OWL - des exemples de tests et une collection de tests, fournissant plus d'une centaine de tests pour s'assurer que les implémentations OWL sont cohérentes avec la conception du langage - un document présentantla sémantique d'OWL et les détails du mapping d'OWL à RDF.

La durée du statut de Recommandation Candidate pour ces documents OWL est estimée à quatre semaines. C'est à ce moment là que le Groupe de Travail évaluera de nouvelles implémentations et apportera des commentaires sur les documents de travail.

La place d'OWL dans l'architecture du Web Sémantique, avec XML, RDF, et les ontologies

Le Web Sémantique a déjà fait couler beaucoup d'encre, et il a été notamment écrit que cette technologie devait remplacer le Web que nous connaissons aujourd'hui. En fait, le Web Sémantique se crée de manière incrémentale, en ajoutant pas à pas des descriptions aux données et documents déjà existants sur le Web. Ensemble, ces descriptions (pouvant être lues par les machines) et les différentes manières de les connecter, les comparer et les opposer, rendent possible la mise en place d'applications, d'outils, de moteurs de recherche, d'agents, et tout cela sans changement apparent des pages Web.

L'activité Web Sémantique du W3C s'appuie sur les travaux réalisés au sein de l'activité XML principalement, et son objectif est de mettre en place des technologies standards fondées sur XML, et qui soutiennent le développement du Web Sémantique.

XML fournit une ensemble de règles pour la création de vocabulaires qui structurent à la fois les documents et les données sur le Web. XML donne des règles très claires sur la syntaxe. Les schémas XML sont utilisés ensuite comme méthode autorisant la composition de vocabulaires XML. XML est une syntaxe puissante et flexible pour les documents structurés, mais n'impose aucune contrainte sémantique sur la signification de ces documents.

RDF (Resource Description Framework) est un standard permettant la mise en place de descriptions simples. XML est à la syntaxe, ce que RDF est à la sémantique. RDF Schema permet ensuite de combiner ces descriptions en un seul vocabulaire. A tout ceci, il manque la possibilité de décrire des vocabulaires spécifiques à des domaines bien particuliers. C'est là que les ontologies jouent leur rôle.

Une ontologie définit les termes utilisés pour décrire et représenter un champ d'expertise. Les ontologies sont utilisées par les personnes, les bases de données, et les applications qui ont besoin de partager des informations relatives à un domaine bien spécifique, comme la médecine, la fabrication d'outils, l'immobilier, la réparation d'automobiles, la gestion de finances, etc. Les ontologies associent les concepts de base d'un domaine précis et les relations entre ces concepts, tout cela d'une manière compréhensible par les machines. Elles encodent la connaissance d'un domaine particulier ainsi que les connaissances qui recouvrent d'autres domaines, ce qui permet de rendre les connaissances réutilisables.

Soutien d'OWL par l'industrie et le monde académique

Le Groupe de Travail Web Ontology du W3C concilie des expertises industrielle et académique, ce qui permet d'apporter une expérience solide, en recherche et en implémentations produit, nécessaire à la mise en place d'un système d'ontologies stable. Ce groupe de travail inclut les représentants des organismes suivants : Agfa-Gevaert N. V ; Daimler Chrysler Research and Technology ; DARPA ; Defense Information Systems Agency (DISA) ; EDS ; Fujitsu ; Forschungszentrum Informatik (FZI) ; Hewlett Packard Company ; Ibrow ; IBM ; INRIA ; Ivis Group ; Lucent ; Université de Maryland ; Mondeca ; Motorola ; Institut National des Standards et de la Technology (NIST) ; Network Inference ; Nokia ; Philips ; Université de Southampton ; Université de Stanford ; Sun Microsystems ; Unicorn Solutions, ainsi que des experts invités du Centre de Recherche Allemand pour l'Intelligence Artificielle (DFKI), Gmbh ; de l'Association Technologie et Intéropérabilité en Traitement de l'Information, Japan (INTAP) ; et de l'Université de West Florida.

OWL rassemble les résultats de recherche de groupes ayant développé des langages pour lesquels ont été exprimées des ontologies Web. L' origine d'OWL est double : le langage DAML-ONT (DARPA Agent Markup Language Ontology Notations) et le langage OIL (Ontology Interface Layer), ce dernier ayant été conçu par des chercheurs européens avec le support de la Commission Européenne. Depuis, un groupe ad hoc de chercheurs a créé le comité US/EU sur les langages de balises agent et a publié une nouvelle version de ce langage qui est un mélange de DAML et d'OIL. Les documents OWL publiés ce jour reflètent le travail de collaboration au sein du Consortium World Wide Web entre chercheurs et industriels à un niveau international.

A propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour mener le Web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et assurent son interopérabilité. C'est un consortium industriel international, piloté conjointement par l'European Research Consortium for Informatics and Mathematics (ERCIM) basé en France, l'Université de Keio au Japon, et le MIT Laboratory for Computer Science (MIT LCS) aux Etats-Unis. Les services fournis par le Consortium se composent de : la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en oeuvre de logiciels permettant d'incorporer et de promouvoir les standards ; la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. Aujourd'hui, le Consortium compte près de 400 Membres. Pour plus d'informations sur le Consortium World Wide Web, consulter l'adresse suivante  : http://www.w3.org/.

Contacts Presse :

Amériques et Australie -- Janet Daly, <janet@w3.org>, +1.617.253.5884 ou +1.617.253.2613
Asie -- Saeko Takeuchi <saeko@w3.org>, +81.466.49.1170
Europe -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94