W3C ERCIM logo INRIA

ERCIM devient l'hôte européen du W3C

Rapprochement de deux organisations internationales à l'initiative de l'INRIA

(communiqué disponible en anglais, japonais, allemand, italien, grec, hollandais, finnois, hongrois, hébreu, chinois traditionnel, chinois simplifié, coréen, arabe, suédois, tchèque, norvégien, slovaque)

Des témoignages de soutien sont également disponibles.


http://www.w3.org/ -- 27 novembre 2002 -- Le Consortium World Wide Web (W3C), l'Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) et le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) annoncent conjointement des changements d'organisation dans le but de soutenir le développement des technologies Web par le renforcement du réseau de liens européens.

Le W3C change d'hôte européen, passant ainsi de l'INRIA à ERCIM, à compter du 1er janvier 2003. Ce changement permet au W3C de mieux démultiplier ces relations avec la communauté des chercheurs partout en Europe, tout en maintenant sa forte relation historique avec l'INRIA, l'un des fondateurs de l'ERCIM.

Le W3C a amorcé son essor international avec l'INRIA

Depuis sa création en octobre 1994 aux Etats-Unis, au sein du laboratoire de recherche LCS du MIT, le W3C s'est assuré que le nom et l'engagement contenus dans les mots 'World Wide Web' soient respectés. Sur l'insistance de son directeur, Tim Berners-Lee, le W3C bénéficie de la même présence en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Le W3C identifie des institutions à but non commercial pour la mise en place de sièges régionaux et pour l'hébergement physique de l'équipe : ce sont les sites hôtes du consortium.

Le W3C comptait 50 membres dans quatre pays lorsque l'INRIA a été choisi comme hôte européen du W3C. A cette époque, le Royaume-Uni était le seul pays européen ayant des membres au W3C. L'INRIA a apporté des avantages distincts et immédiats, permettant une prise de conscience des enjeux en France et partout en Europe. Au cours des sept années suivantes, l'INRIA a pu susciter des adhésions, et réunir une équipe technique d'experts. Il a aussi contribué à la mise en place de contacts cruciaux avec les communautés de recherche européennes. A ce jour, le W3C compte plus de 450 Membres, et dispose d'une représentation dans la quasi totalité des pays européens.

Au cours de cette même période, le W3C a reçu une aide financière de la Commission Européenne qui lui a permis de mettre en place un réseau de Bureaux W3C à travers l'Europe initialement maintenu par l'INRIA. A l'heure actuelle, le W3C compte 13 Bureaux dans le monde, dont 8 en Europe. Les Bureaux W3C travaillent en collaboration avec leurs hôtes respectifs pour promouvoir les technologies W3C dans les langues locales, permettant ainsi l'élargissement de la couverture géographique du consortium, et encourageant une participation internationale au sein des activités du W3C. Sept des Bureaux W3C européens sont déjà hébergés par des instituts ERCIM : CWI (Bénélux) ; Fraunhofer IMK (Allemagne et Autriche) ; FORTH (Grèce) ; MTA SZTAKI (Hongrie) ; CNR (Italie) ; SICS (Suède) et CCLRC (Royaume Uni et Irlande).

La transition de l'INRIA à ERCIM va dans le sens d'une expansion européenne

Le Web est devenu un outil de plus en plus répandu et essentiel pour l'industrie, les organisations académiques et gouvernementales, et les individus. De ce fait, le besoin d'une infrastructure plus diversifiée et d'un réseau d'informations de proximité est nécessaire. La mise en place de la base européenne qu'offre l'ERCIM sera bénéfique à tous les acteurs impliqués.

"L'INRIA a apporté les fondations nécessaires à l'implication européenne dans le développement de l'infrastructure du Web," explique Bernard Larrouturou, président de l'INRIA. "Le changement d'hôte du W3C est cohérent avec notre culture d'incubation de nouvelles initiatives et notre engagement à renforcer la communauté des Technologies de l'Information (IT) en Europe. Cela va nous permettre de maintenir de fortes relations avec le W3C tout en développant un réseau pan-européen d'instituts de recherche, qui sera bénéfique à la fois à ERCIM et au W3C."

ERCIM ouvre au W3C de nouvelles possibilités de coopération avec le monde de la recherche et de l'industrie en Europe

ERCIM a été conjointement créé en 1989 par l'INRIA, le GMD (qui a récemment fusionné avec la Fraunhofer-Gesellschaft, Allemagne), et le CWI (Centrum voor Wiskunde en Informatica, Pays-Bas), dans le but de mettre en place un consortium européen à but non commercial dédié à la progression des Technologies de l'Information et des Mathématiques Appliquées en Europe.

Seize instituts de recherche sont actuellement membres d'ERCIM. Chaque institut membre est un acteur à la pointe de la recherche dans son propre pays et dispose de liens étroits avec les communautés de recherche nationales et internationales. Tous les membres ERCIM sont des centres de recherche nationaux, indépendants de tout liens commerciaux, et chacun d'entre eux a une forte implication dans les programmes de recherche de l'Union Européenne et dans des projets communs avec des PME/PMI comme avec de grandes sociétés industrielles.

ERCIM est un groupement d'intérêt économique européen (GIEE), et constitue une entité juridique légale en Europe. Gerard van Oortmerssen, directeur du CWI, est l'actuel président d'ERCIM, et Bernard Larrouturou, président de l'INRIA, en est le directeur.

"Les directeurs des instituts ERCIM connaissent déjà le W3C. Des membres d'ERCIM sont actifs dans les groupes de travail W3C et plusieurs d'entre eux opèrent en tant que Bureaux W3C", remarque Gerard van Oortmerssen. "En tant que réseau de centres de recherche dans les technologies de l'information, ERCIM englobe plus de 10 000 chercheurs, et ce réservoir d'expertise va être bénéfique au W3C. Pour ERCIM, ce changement donne l'occasion de développer la coopération à l'échelle mondiale."

"Le Web devient plus fort et plus utile quand il existe de réels engagements pour son développement et son influence sur le plan international", explique Tim Berners-Lee, directeur du W3C. "Pour le W3C, cela signifie avoir un seul siège - http://www.w3.org/ - soutenu par trois partenaires de dimension mondiale - MIT, Université de Keio, et maintenant ERCIM. Avec le passage à l'ERCIM, il existe un potentiel pour une forte croissance des technologies Web et des synergies considérables à travers l'Europe."

A propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour mener le Web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et assurent son interopérabilité. C'est un consortium industriel international, piloté conjointement par l'Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) en France, l'Université de Keio au Japon, et le MIT Laboratory for Computer Science (MIT LCS) aux Etats-Unis. Les services fournis par le Consortium se composent de : la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en oeuvre de logiciels permettant d'incorporer et de promouvoir les standards ; la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. Aujourd'hui, le Consortium compte plus de 450 membres. Pour plus d'informations sur le Consortium World Wide Web, consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/.

A propos d'ERCIM

Le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) est une organisation dédiée à l'avancement de la recherche européenne et au développement des technologies de l'information et des mathématiques appliquées. Ses seize membres ont pour but de favoriser les collaborations au sein de la communauté européenne de la recherche et d'augmenter les coopérations avec l'industrie européenne. Pour plus d'informations, voir http://www.ercim.org/

A propos de l'INRIA

Institut de recherche placé au coeur de la société de l'information, l'Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique, créé en 1967, met en réseau les compétences de l'ensemble des organismes de recherche et de formation français dans le domaine des sciences et technologies de l'information. Ainsi, la plupart de ses 95 équipes-projets de recherche sont communes avec des universités, des grandes écoles et d'autres organismes de recherche. L'INRIA joue un rôle déterminant dans 4 domaines de la recherche : réseaux et systèmes ; génie logiciel et calcul symbolique ; interaction homme-machine, images, données, connaissances ; simulation et optimisation de systèmes complexes. L'INRIA développe de nombreux partenariats avec le monde industriel (600 contrats actifs) et favorise le transfert et la création d'entreprises (60) dans le domaine des STIC, notamment au travers de sa filiale INRIA-Transfert, promoteur de 4 fonds d'amorçage: I-Source 1&2 dans le domaine des STIC, C-Source (multimedia), T-Source (télécommunications). Pour en savoir plus : http://www.inria.fr/

Contacts W3C :
Amériques, Australie -- Janet Daly, <janet@w3.org>, +1.617.253.5884 ou +1.617.253.2613
Europe, Proche-Orient et Afrique -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94
Asie -- Saeko Takeuchi, <saeko@w3.org>, +81.466.49.1170
Contact INRIA :
Christine Genest, <christine.genest@inria.fr>, +33 1 39 63 57 29
Contact ERCIM :
Bruno Le Dantec, <bruno.le_dantec@ercim.org>, +33 4 92 38 50 40