Le Consortium World Wide Web publie une recommandation sur HTML 3.2

Les développeurs Web et la communauté des utilisateurs disposeront ainsi d'un HTML plus riche et plus stable





Press Release






Fact Sheet






Testimonials


Pour diffusion immediate (this document is also available in English.)

Contact America ---

The Weber Group

Hazel Kochocki <hkochocki@webergroup.com>
Stephanie Townsend <stownsend@webergroup.com>

+1 617 661-7900
+1 617 661-0024 (fax)

Contact Europe --

Andrew Lloyd & Associates

Ned Mitchell <ned@ala.com>
+33 1 43 22 79 56

Andrew Lloyd <allo@ala.com>
+44 127 367 5100

 
 
 

PARIS -- le 15 janvier 1997 -- Répondant à la demande díune mise à jour díHTML (Hypertext Markup Language), le Consortium World Wide Web (W3C) a adopté aujourdíhui la spécification HTML 3.2 comme une recommandation du W3C. Cette recommandation indique que la spécification est stable, quíelle contribue à la mission du W3C de « réaliser le plein potentiel du Web » et, surtout, quíelle a été revue par tous les membres du W3C, lesquels supportent son adoption par líindustrie.

HTML 3.2 est la toute dernière recommandation du W3C concernant HTML. La spécification a été développée au cours de l'année 1996 par des travaux conjoints du Consortium et d'IBM, Microsoft, Netscape Communications, Novell, SoftQuad, Spyglass et Sun Microsystems. HTML 3.2 ajoute des caractéristiques non négligeables telles que des tableaux, des « applets », des flux liés à l'image, des indices et des exposants, tout en assurant cependant une compatibilité avec le standard existant HTML 2.0.

« Pour ceux qui voudront utiliser des données ou des applications sur diverses plateformes, ou qui voudront leur assurer une durée de vie supérieure à quelques mois, la meilleure garantie sera de se conformer à HTML 3.2, » a souligné Tim Berners-Lee, Directeur du W3C et inventeur du World Wide Web. « Adopter d'autres implémentations HTML serait courir le risque de perdre du temps et de l'argent. »

Le Consortium World Wide Web poursuit ses travaux sur des extensions d'HTML concernant les objets multimédia, l'automatisation du script, les feuilles de style, le format, les formulaires, une impression de meilleure qualité et les formules mathématiques. Il a l'intention d'intégrer ces travaux dans les futures versions d'HTML.

« Nous travaillons étroitement avec les organismes membres et les experts du domaine pour développer, tester et affiner HTML, » a déclaré Dave Raggett, scientifique détaché au W3C et principal architecte de l'activité HTML en son sein. « En fournissant un forum neutre, le Consortium joue un rôle clé en permettant de réunir les différents acteurs et les inciter à joindre leurs efforts pour obtenir une interopérabilité durable du Web. »

Pour plus d'information sur HTML 3.2, consulter le document technique et les témoignages ci-joints. Pour des informations sur HTML en particulier, consulter l'adresse suivante: http://www.w3.org/pub/WWW/MarkUp/


A propos du Consortium World Wide Web...

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour développer des protocoles et du logiciel de référence communs pour l'évolution du World Wide Web. C'est un Consortium industriel, piloté conjointement par le MIT/LCS aux Etats-Unis pour l'Amérique, l'INRIA en France pour l'Europe, et l'Université de Keio au Japon pour l'Asie. Les services fournis par le Consortium incluent : la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en oeuvre de logiciels de référence permettant d'incorporer et de promouvoir les standards; diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. L'adhésion au Consortium est ouverte à toute entreprise et organisme. Aujourd'hui, le Consortium compte environ 156 membres.

Pour plus d'information sur le Consortium World Wide Web, consulter l'adresse suivante: http://www.w3.org

A propos du MIT/LCS...

Aujourd'hui dans sa troisième décennie d'existence, le MIT/LCS, laboratoire de recherche informatique du MIT (Massachusetts Institute of Technology) est dédié à l'invention, le développement et la compréhension de technologies de l'information susceptibles d'apporter d'importants changements techniques et socio-économiques. Le LCS a aidé à ce que les technologies de l'information passent d'une simple curiosité à dix pour cent de l'économie industrielle mondiale, grâce à ses efforts pionniers dans l'informatique interactive, les réseaux informatiques, les systèmes distribués et le chiffrement clé public. Les membres du LCS et ceux qui y ont étudié ont créé environ trente sociétés et ont été à l'origine du Nubus, du système X-Window, de l'algorithme RSA, de l'Ethernet et des tableurs.

Pour plus d'information sur le MIT/LCS, consulter l'adresse suivante : http://www.lcs.mit.edu

A propos de l'INRIA...

L'INRIA, l'Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique, est un institut de recherche fondamentale et de recherche appliquée spécialisé dans le traitement de l'information, le contrôle et l'informatique scientifique. Il est constitué de cinq centres de recherche régionaux, basés à Rocquencourt (près de Paris), Rennes, Sophia Antipolis, Nancy et Grenoble. Le transfert de résultats provenant de la recherche est l'une de ses principales missions.

Pour plus d'information sur l'INRIA, consulter l'adresse suivante : http://www.inria.fr

A propos de l'Université de Keio...

L'Université de Keio est l'un des principaux centres de recherche en informatique du Japon. C'est aussi l'une des plus anciennes universités privées du Japon. Elle possède cinq campus importants autour de Tokyo. Elle a assuré la promotion de projets de recherche menés en coopération avec des industriels, avec des organismes gouvernementaux ou internationaux et devient aujourd'hui l'un des acteurs majeurs en recherche sur la technologie réseau et les médias numériques.

Pour plus d'information sur l'Université de Keio, consulter l'adresse suivante: http://www.keio.ac.jp





Press Release






Fact Sheet






Testimonials