Logo du W3C : lien vers la page d'accueil du W3C La politique de traductions agréées du W3C

Introduction

Ce document décrit la politique du World Wide Web Consortium (W3C) pour la création et la publication de traductions agréées du W3C. Dès l'origine, le W3C s'est appliqué à développer des technologies qui puissent toucher et servir un public mondial, indépendamment de la langue ou de la culture. Suivant cela, cette politique est conçue pour obtenir des traductions de qualité en suivant un processus transparent, sous la responsabilité de la communauté et supervisé par le W3C. Les traductions agréées du W3C peuvent servir pour des projets officiels avec d'autres langues que l'anglais. Comme exemples : une organisation de normalisation souhaitant aligner une norme nationale sur une recommandation du W3C et ayant l'obligation d'utiliser une langue locale ; une collectivité locale prévoyant de citer les directives pour l'accessibilité du Web dans des articles règlementaires mais imposant une traduction des directives dans la langue locale pour leur application.

Cette politique de traductions agréées prolonge mais ne remplace pas la politique de traductions volontaires décrite dans la page des traductions publiques du W3C. Le W3C accueille toujours volontiers les traductions réalisées dans le cadre du processus de traduction volontaire, qui continuent de jouer un rôle important en mettant les technologies du W3C à la portée d'un plus grand nombre de personnes dans le monde. Toutefois, comme souligné dans la note annexe  « e » suivante, aucune des traductions créées dans le cadre du processus de traduction volontaire n'acquiert automatiquement le rang de traduction agréée du W3C, et celles-ci n'ont donc aucun statut officiel. Ce sont bien sûr des candidats naturels pour le processus décrit dans ce document. Dans tous les cas et notamment pour les litiges, la version en anglais reste celle qui fait autorité (cf. la section sur la préface standard).

Les étapes de la publication des traductions agréées du W3C

Les étapes de la publication suivent. Une remarque sur la terminologie : le terme « W3C » désigne les représentants du personnel du W3C nommés par la direction du W3C.

  1. La soumission d'intention de l'organisation conductrice de la traduction (LTO) :
    1. Une organisation, souhaitant devenir conductrice du développement de la traduction agréée d'un document particulier du W3C, notifie le W3C de son intention en utilisant la liste de diffusion générale publique des traducteurs. Cette notification doit contenir :
      1. L'identification des principales parties prenantes que l'organisation conductrice coordonnera pour la relecture de la traduction. La notification devrait identifier clairement la nature et l'adresse de chacune d'elles et les raisons pour lesquelles ce groupe constitue une représentation appropriée de la communauté locale. S'il existe un hôte ou un bureau du W3C dans le pays, celui-ci devra faire partie du groupe. Notez également les conditions concernant la représentation (cf. la note annexe « b » ci-dessous), en particulier pour les documents WAI, et la traduction antérieure d'un lexique (cf. la note annexe « c » ci-dessous) ;
      2. L'indication que les parties prenantes ont déjà été conviées à participer à ce processus et ont accepté cette invitation.
  2. L'évaluation de la soumission de l'organisation conductrice de la traduction par le W3C :
    1. Le W3C prend connaissance de la soumission d'intention de l'organisation conductrice afin de développer une traduction agréée. À ce stade, le W3C peut interrompre le processus, soit parce que la soumission sera jugée irrecevable (cf. , par exemple, la note annexe « g »), soit parce que l'effort à consentir ne sera pas justifié au regard du fonctionnement général du W3C. De manière générale, le W3C n'approuvera pas plusieurs traductions agréées du même document dans une même langue, quoique les questions telles que celles des particularismes entre le français et le français canadien, ou le portugais et le portugais brésilien, puissent faire l'objet d'un examen au cas par cas ;
    2. Si le W3C approuve la soumission, l'organisation conductrice en est avisée et peut alors préparer une traduction agréée candidate.
  3. La préparation de la traduction agréée candidate (CAT) :
    1. L'organisation conductrice prépare une traduction agréée candidate du document ;
    2. Une fois celle-ci prête, l'organisation conductrice annonce la traduction agréée candidate et son adresse URI sur la liste de diffusion des traducteurs.
  4. Le lancement du processus de relecture par le W3C :
    1. Le W3C annonce une période de relecture de la traduction candidate d'au moins 30 jours sur la liste de diffusion des traducteurs, en indiquant une liste de diffusion séparée d'archives publiques, dans l'espace du W3C ou du bureau du W3C, liste où se tiendront les débats. Cette liste de diffusion peut être consacrée aux organisations conductrices de traductions dans une langue particulière, telle que la liste public-auth-trans-hu@w3.org qui sert pour toutes les traductions agréées candidates en langue hongroise, ou peut-être créée spécialement pour la traduction candidate en question. Toutes les remarques concernant cette traduction candidate devront être envoyées sur cette liste. Les échanges peuvent avoir lieu dans la langue de la traduction ou en anglais.
  5. La notification de relecture de l'organisation conductricee de la traduction, le suivi des débats et la révision de la traduction candidate :
    1. L'organisation conductrice annonce aux parties prenantes la disponibilité de la traduction candidate, le début de la période de relecture et l'existence de la liste de diffusion pour les débats ; elle leur commande de débattre sur cette liste et envoie une copie de l'annonce sur la liste de diffusion générale des traducteurs ;
    2. L'organisation conductrice suit les débats tenus sur la liste de diffusion, apporte, si nécessaire, des éclaircissements et résume les consensus atteints sur des problèmes particuliers (si possible) pour faire avancer le débat ;
    3. À la fin de la période de relecture, l'organisation conductrice publie si besoin une nouvelle version de la traduction candidate et fournit une liste des points soulevés, en anglais et dans la langue de traduction, et un résumé des débats tenus au cours de la période de relecture, en décrivant les problèmes rencontrés et les solutions trouvées en accord avec les autres correcteurs. Ce résumé doit être envoyé à la fois sur la liste de diffusion d'archives publiques consacrée à la traduction candidate et sur la liste de diffusion générale des traducteurs ;
    4. Si aucun commentaire, ou seulement très peu, n'a été reçu au cours de la période de relecture, alors l'organisation conductrice s'assure qu'une majorité des organisations participant à la relecture envoie un message sur la liste de diffusion des traducteurs confirmant que le document a été effectivement relu et jugé comme représentant une traduction fidèle ;
    5. L'organisation conductrice informe ensuite le W3C de la nécessité ou non d'un nouveau tour de relecture.
  6. La réponse du W3C au résumé de l'organisation conductrice de la traduction :
    1. Le W3C examine les commentaires publics et les changements effectués sur la traduction candidate en réponse à ces commentaires et décide, en coordination avec l'organisation conductrice, si le document peut prétendre au titre de traduction agréée ;
    2. Si le W3C estime que le document ne peut être promu au rang de traduction agréée, il relance le processus à partir de l'étape 4 ;
    3. Si, au contraire, le W3C décide qu'il peut être promu, alors :
      1. L'organisation conductrice transmet le document au W3C, sous forme d'un fichier XHTML codé en UTF-8, utilisant le même style de présentation que le document original (au travers des feuilles de style CSS prédéfinies du W3C) et suivant les directives de l'activité Internationalisation (I18N) du W3C (par exemple, le bon usage des étiquettes de langue, des déclarations de codage, de la gestion des textes bidirectionnels, etc.) ;
      2. L'organisation conductrice ajoute une préface au document (cf. la section sur la préface standard) et transfère les droits de reproduction du document au W3C (MIT, ERCIM et Keio) ;
      3. Le W3C publie la traduction agréée sur son site (soit sur son serveur, soit sur le site d'un bureau local du W3C, le cas échéant) et ajoute cette nouvelle traduction au site des traductions du W3C. Les traductions agréées du W3C devraient être clairement identifiables, par exemple, dans une liste séparée sur la page et/ou avec un style visuel distinct, etc.
  7. La gestion des erreurs :
    1. L'organisation conductrice de la traduction doit mettre en place et entretenir une « page des erreurs » (appelée depuis le document ; cf. la section sur la préface standard). Cette page est une liste des erreurs de traduction et de leurs corrections. Les erreurs peuvent être signalées par le biais de la liste de diffusion qui a servi pour la relecture, ou par toute autre liste de diffusion d'archives publiques que l'organisation conductrice aura mis en place ; cette liste doit clairement apparaître comme telle dans la page des erreurs. L'organisation conductrice doit garder la page des erreurs à jour.

Notes et conditions annexes

  1. Lié à l'étape 1: beaucoup d'organisations de types différents peuvent prétendre au titre d'« organisation conductrice de la traduction ». Par exemple, il peut s'agir du bureau local du W3C, d'un groupe de recherche d'une université, de la branche locale de l'ISO, d'une organisation pour les handicapés particulière. Dans certains cas exceptionnels, il peut aussi s'agir d'un individu dont les travaux de traduction sont déjà bien connus du W3C ;
  2. Lié à l'étape 1.1 : par exemple, dans le cas des documents WAI, il faudrait inclure les organisations locales pour les handicapés et les organisations de recherche sur l'accessibilité. Comme autre exemple, pour une spécification concernant le Web sémantique, il faudrait inclure les représentants de la recherche principale et/ou des groupes universitaires actifs dans le domaine ;
  3. Lié à l'étape 1.1 : dans certains cas, il faut utiliser des glossaires spécifiques et la traduction agréée d'un sous-ensemble nécessaire est une condition préalable aux traductions agréées des autres documents. C'est le cas, par exemple, pour certains documents WAI, pour lesquels on devrait recourir au « glossaire de base pour les documents du WAI » ;
  4. Lié aux étapes 2 et 6 : à chaque fois que c'est approprié, le W3C fera intervenir le personnel de l'hôte local, ou du bureau local, du W3C dans l'évaluation (de la traduction) ;
  5. Aucune des traductions existantes (listées dans la page des traductions du W3C) n'est automatiquement promue au rang de traduction agréée. Les organisations conductrices de traductions devraient suivre les étapes décrites dans la politique de traductions agréées si elles veulent promouvoir une traduction existante ; toutefois, elles peuvent les proposer en tant que traductions agréées candidates ;
  6. Toute traduction d'une nouvelle version d'un document du W3C devrait emprunter le même processus ;
  7. Cette politique ne s'applique qu'aux documents complets et stables du W3C, et non aux versions abrégées, aux extraits ou aux ébauches du W3C. Bien que les recommandations du W3C constituent des documents à traduire évidents, certaines activités du W3C tiennent une liste de documents supplémentaires dont les traductions sont les bienvenues. C'est le cas pour les activités WAI ou QA ;
  8. Si le document contient des références normatives vers d'autres recommandations du W3C, la traduction devrait conserver les références vers la version originale en anglais. L'exception à cette règle : une traduction agréée préexistante dans la langue. Auquel cas, on devrait utiliser les deux références, celle du texte original en anglais et celle de la traduction agréée ;
  9. À chaque fois que c'est possible, il faudrait également traduire les figures dans le document (si le traducteur peut accéder aux fichiers sources originaux des images). Tout comme il le faudrait concernant les attributs « alt » des éléments HTML « img », ou les attributs « title » des éléments « a », etc. Par contre, on ne devrait pas traduire le texte dans un code d'exemple (par exemple, les noms d'élément XML), dans la mesure où le risque est trop grand que des erreurs syntaxiques ou sémantiques se glissent dans le code exemple du fait de la traduction ;
  10. Une fois la traduction agréée publiée, l'organisation conductrice est responsable de la gestion des erreurs. Avec le temps, l'organisation conductrice peut vouloir confier cette tâche à une autre organisation. Celle-ci, pour être reconnue en tant que (nouvelle) organisation conductrice de la traduction, doit comprendre et accepter toutes les responsabilités listées dans l'étape 7.

La préface standard

Important : Le bloc suivant devrait apparaître au début de chaque traduction. Tout le texte de cette préface doit être écrit dans la langue cible, à l'exception du titre original et de la mention de l'organisation conductrice de la traduction en haut.

Titre du document original du W3C en anglais

Lead translating organization : Adresse, lien de la page d'accueil, éventuellement nom(s) et adresse(s) du (ou des) coordinateurs des traductions.

Traduction française agréée

Date de publication [de la traduction]

Cette version :
Adresse URI du document.
Version originale :
Adresse URI datée du document original du W3C.
Liste des errata :
Adresse URI d'une page des erreurs, comme décrit dans l'étape 7 de la politique.
Organisation conductrice de la traduction :
Adresse, lien de la page d'accueil, éventuellement nom(s) et adresse(s) du (ou des) coordinateurs des traductions.
Partenaires pour la relecture de la traduction :
Adresse URI du courrier électronique de notification qui marque le début du processus de traduction, comme décrit dans l'étape 1 de la politique.
Résumé des débats publics pour la traduction agréée candidate :
Adresse URI du résumé, comme décrit dans l'étape 5.3 de la politique.

Ceci est la traduction agréée d'un document du W3C. La publication de cette traduction est conforme aux étapes décrites dans « La politique de traductions agréées du W3C ». En cas de litiges, la version originale du document en anglais fait autorité.


Judy Brewer, Ivan Herman, dernière mise à jour le $Date: 2005/11/15 10:40:42 $ by $Author: ivan $

Copyright © 1994-2005 W3C (MIT, ERCIM, Keio), tous droits réservés. Les règles de responsabilité, de nom de marque, d'utilisation des documents et d'octroi de licences logicielles du W3C s'appliquent. Vos interactions avec ce site ont lieu conformément à notre politique de confidentialité vis-à-vis du public et vis-à-vis des membres.