W3C

L'atelier W3C sur le Web sémantique pour les sciences du vivant suscite une large adhésion de la communauté internationale

Les participants devront identifier les applications existantes et futures, ainsi que les prochains efforts de coordination nécessaires

(Communiqué disponible en anglais et japonais)

Note : un briefing presse est fixé au lundi 1er novembre, à 19h00 heure française. Prière de contacter Karen Myers pour de plus amples informations.


http://www.w3.org/ -- 26 octobre 2004 -- Le Consortium World Wide Web (W3C) organise un atelier sur le Web sémantique pour les sciences du vivant, les 27 et 28 octobre à Cambridge, Massachusetts, Etats-Unis. Il s'agit de réunir pour la toute première fois un groupe international et varié de scientifiques, technologistes, et experts de l'industrie de la santé pour discuter des moyens avec lesquels le Web sémantique peut relever les défis liés à la publication et au partage de données scientifiques complexes sur le Web. L'atelier abordera le besoin croissant d'une mise en place de réseaux de données biologiques pour aider les hommes et les machines à mieux comprendre les maladies, les thérapies et le développement des médicaments. Grâce à l'utilisation des nouvelles technologies Web permettant aux ordinateurs de réaliser un travail plus efficace sur des données biologiques complexes, les chercheurs pourront faire avancer la connaissance humaine plus rapidement.

« Les défis posés par la découverte de médicaments ne peuvent être résolus que si les données sont partagées entre les nombreux domaines des sciences du vivant, » déclare Tim Berners-Lee, directeur du W3C. « Comme cela a été déjà vu dans d'autres secteurs industriels, si l'un de ces domaines adopte des technologies standards pour décrire les données, alors celles-ci deviennent accessibles aux autres domaines et les barrières empêchant l'échange d'informations s'écroulent. Ceci est au coeur du Web sémantique. »

« Il existe déjà des travaux considérables dans l'application de la connaissance des sciences du vivant sur des réseaux de données interconnectés et fondés sur les technologies du Web sémantique du W3C, » continue John Wilbanks, fellow du W3C. « Avec la participation importante de la communauté des sciences du vivant, nous espérons que cet atelier va mettre en avant les occasions de partage d'informations et va encourager des mises en oeuvre fondées sur les travaux actuellement réalisés dans la recherche et l'industrie. »

Une trentaine de déclarations d'intérêt seront présentées, qui regarderont comment les technologies fondatrices du Web sémantique comme RDF (Resource Description Framework) et OWL (Web Ontology Language) peuvent être utilisées comme une approche interopérable pour réduire les barrières et les coûts associés à une intégration, une analyse et une collaboration de données efficaces. Tim Berners-Lee ouvrira l'atelier avec un keynote, puis des experts du centre national américain du cancer pour la bioinformatique, de l'institut suisse de bioinformatique/UniProt, des laboratoires Jackson, et de l'université de l'école de médecine du Michigan, expliqueront comment ils utilisent les technologies du Web sémantique pour construire des environnements d'information publique (ontologies). Les représentants de sociétés telles qu'Aventis Pharmaceuticals, Astra Zeneca, Elsevier, HP, IBM, et Oracle Life Sciences partageront des études de cas sur des sujets aussi divers que la gestion de connaissance, la publication scientifique et l'utilisation d'ontologies.

Un atelier W3C est l'occasion de rassembler à la fois les membres W3C et le public pour discuter de possibles directions de travail du W3C. Les déclarations d'intérêt, les présentations et le compte-rendu de ces deux jours de réunion seront rendus public sur le site Web du W3C à court terme.

À propos du Consortium World Wide Web (W3C)

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour mener le Web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et assurent son interopérabilité. C'est un consortium industriel international, piloté conjointement par le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France, l'Université de Keio au Japon, et le Laboratoire d'Informatique et d'Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux Etats-Unis. Les services fournis par le Consortium se composent de : la constitution et la mise à disposition d'informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ; la mise en oeuvre de logiciels permettant d'incorporer et de promouvoir les standards ; la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l'utilisation des nouvelles technologies. Aujourd'hui, le Consortium compte près de 400 Membres. Pour plus d'informations sur le Consortium World Wide Web, consulter l'adresse suivante : http://www.w3.org/.

Contacts Presse W3C :
Amériques et Australie -- Karen Myers, <karen@w3.org>, +1.617.253.5509 and +1.978.502.6218
Europe, Afrique et Moyen-Orient -- Marie-Claire Forgue, <mcf@w3.org>, +33.492.38.75.94
Asie -- Yasuyuki Hirakawa, <chibao@w3.org>, +81.466.49.11.70